Test vidéo – LeapMotor T03 : un concurrent de la Fiat 500e à un prix imbattable

Leapmotor n’est peut-être pas une marque que vous connaissez, mais elle pourrait très bien le devenir très rapidement avec des produits au rapport prix/performances particulièrement redoutable. Essai d’un premier modèle, le T03 !

Procedente directamente de China, el Leapmotor T03 es un pequeño city car 100% eléctrico de 5 puertas que mide 3,62 m de largo, 1,65 m de ancho y 1,58 m de alto, lo que lo convierte en el rival perfecto du fiat 500e. Sous le capot de ce petit variateur se trouve un moteur synchrone à aimants permanents qui délivre 109 ch et 158 ​​Nm et est alimenté par une batterie lithium fer phosphate (LFP) d’une capacité brute de 41,3 kWh, soit environ 38 kWh net.

Si el estilo de este chino no es tan sexy como el del italiano, el equipamiento está a la última ya que encontramos ópticas totalmente LED, llantas de aleación de 15 pulgadas, techo panorámico y nada menos que 11 sensores de proximidad ultrasónicos, ¡todo de série!

À l’intérieur

L’ouverture du coffre révèle un espace étroit mais profond au niveau de la base, permettant 210 litres de volume de chargement, légèrement mieux que la Fiat qui offre 185 litres. Sinon il n’y a pas de double fond, non ivre et la banquette arrière ne se plie qu’en une seule pièce. À l’arrière, les passagers disposent d’un espace aux genoux incroyable pour la taille du véhicule, avec une banquette confortable. Sans accoudoirs par contre, ni ceinture au milieu puisqu’il s’agit d’un quatre places. À l’avant, on retrouve une sellerie bien pensée et douillette pour une taille moyenne, mais il faudra se contenter d’appuis-tête fixes et d’un siège passager non réglable en hauteur. Le tableau de bord est de conception classique et est recouvert exclusivement de matériaux rigides que l’on retrouve également dans les contre-portes à l’exception des accoudoirs légèrement rembourrés.

Côté équipement, les rétroviseurs sont à commande électrique, l’instrumentation 8 pouces est entièrement numérique et les fonctions de la voiture (réglages d’adresse, mode de conduite, limiteur de charge, rideau de toit panoramique ou encore climatisation) et le système multimédia (connexion Bluetooth également comme Apple CarPlay et Android Auto dans les derniers modèles commercialisés en fin d’année) sont concentrés dans l’écran central de 10,1 pouces.

Côté rangements, le T03 est généreux, avec une grande boîte à gants, des panneaux de porte cosy, un vide-poches central où bien sûr on peut mettre la télécommande qui permet aussi le démarrage mains libres, un pendant parmi les deux sièges derrière l’électrique. frein de stationnement et un porte-gobelet.

Essai de la ville à la route

Sortir de la place de parking pour un essai routier permet de découvrir la caméra de recul HD et panoramique tout ce qu’il y a de plus efficace et de constater que la chinoise pointe assez court. Cependant, une fois lancé en ville, on remarque vite des suspensions efficaces dans les compressions, mais vite débordés par un relâchement dans les ralentisseurs et un bruit mécanique un peu envahissant qui nuit à l’impression de qualité générale. En mode Eco, même s’il faut appuyer sur la pédale de droite, les accélérations sont convaincantes, et le mode Sport apporte un gain de réactivité bienvenu. Comme toujours ou presque dans les voitures chinoises, le freinage récupératif manque de pêche. Même sur le sec, il y a aussi de petites pertes de motricité, en sortie de rond-point par exemple, avec une tendance au sous-virage marqué probablement dû aux pneumatiques. Une Fiat 500e est plus dynamique. Mais les aides à la conduite soignent le grain même face aux provocations d’un essayeur enthousiaste. Malgré quatre disques, le T03 n’offre pas non plus une adhérence exceptionnelle en cas de freinage brusque. La masse assez maîtrisée pour une électrique, avec 1 200 kg sur la balance, permet des transferts de masse discrets, mais cela ne suffit pas en termes de performances pures : 12 secondes pour faire le 0 à 100 km/h, ça fait 2,5 oui plus que son concurrent italien de base.

En sortant de la ville, le petit Leapmotor donne cependant l’impression d’accélérer avec enthousiasme sur une rampe d’accès à l’autoroute, puis de culminer à 135 km/h. Il est donc impossible d’accélérer sur les autoroutes. A partir de 110 en revanche, le bruit aérien est très présent. La direction en matière d’offre un visage différent selon le mode sélectionné, offrant de la mémoire en Sport, mais rien en Confort. Le régulateur de vitesse est très basique, il s’active à la vitesse atteinte, mais ne peut pas être réglé ultérieurement au moyen, par exemple, de boutons sur le volant. Il faudra également renoncer au freinage d’urgence automatique qui, comme le renault zoé, le T03 devrait coûter cher aux tests Euro NCAP. S’agissant d’une petite citadine, une reprise à 90 km/h ne révèle évidemment pas un tempérament d’avion de chasse, mais la tâche s’effectue tout de même sans vous mettre en danger.

Consommation, collecte et tarifs

Quant à la consommation, l’ordinateur de bord annonce entre 15 et 16 kWh/100 km en usage urbain et mixte, mais il pousse jusqu’à 25 sur routes rapides. Dès lors, si l’on peut approcher les 300 km d’autonomie indiqués en ville, il faudra en avoir la moitié sur la route. Question charge en courant continu, on retrouve une puissance maximale de 44 kW de 74% dans une borne ionitéCependant, le chinois devrait pouvoir se rapprocher des 60 en démarrant plus bas dans la charge, permettant de passer de 30 à 80 % en 36 minutes selon les constructeurs. C’est long, mais il faut rappeler encore une fois qu’on a affaire à une citadine. En courant alternatif on peut attendre jusqu’à 6,6 kW, soit un minimum de 3h30 pour passer de 30 à 80% et au moins le double pour une charge complète.

Finissons avec les prix. L’importateur français compte le vendre moins de 20 000 € bonus écologique compris, soit un prix à confirmer à 25 990 € sans aide à la commercialisation avant la fin de l’année. Un certain montant pour une citadine, mais c’est au moins 6 000 € de moins qu’un Fiat 500e 24kWh.


lire aussi
Borne de recharge : pourquoi notre Paris-Lyon a failli aller en enfer

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*