“Return to Monkey Island”, “Overwatch 2”, “Bayotta 3″… Dix jeux vidéo qui ont marqué la rentrée

LA LISTE DE DEMAIN

Regroupés en tant que cyclistes dans un peloton du Tour de France, une série de suites très attendues se sont propagées sur consoles et PC depuis la rentrée. Espérer que Dieu de la guerre : Ragnarök le 9 novembre, le service Pixels du monde inclus quatre départs avec numéro dorsal 2 (Mario + Lapins Crétins. étincelles d’espoir, surveillance 2 Soit Un conte de peste : Requiem), accompagné de deux chiffres trois (Splaton 3, baïonnette 3) et Retour à l’île aux singes, sixième du nom Mais les jeux vidéo ne sont pas que des franchises. des créations originales telles que Faire semblant Soit L’affaire de l’idole d’orIls se distinguent par leur inventivité et s’imposent dans ce classement.

Cinq titres à ne pas manquer

  • « Overwatch 2 » : la refonte

C’est difficile d’évaluer surveillance 2 une véritable suite àSurveillance, le titre de Blizzard qui a dépoussiéré le monde souvent terne des jeux de tir compétitifs en ligne en 2016. La grande aventure solo promise n’est pas encore arrivée, et cette suite tant attendue ressemble beaucoup à une simple refonte. La recette de base ne change pas : deux équipes s’affrontent, dans lesquelles les joueurs incarnent des héros aux pouvoirs complémentaires. Qu’à cela ne tienne : cette formule, et la qualité de finition indéniable de Blizzard, en font toujours un jeu nerveux et addictif.

En réduisant les équipes de six à cinq joueurs, il augmente le rythme des matchs et perturbe certaines stratégies éprouvées. Bien sûr, son modèle économique (le jeu de base est gratuit mais les options de paiement supplémentaires) laisse un goût amer. Oui, il y a actuellement peu de nouveaux personnages. Mais surveillance 2 c’est surtout l’occasion de revivre l’engouement pour ce qui reste l’un des meilleurs jeux en ligne, où les mauvais jeux apportent une frustration sans pareille et les bons jeux une joie intense.

Disponible gratuitement sur PC, Xbox et Playstation.

  • « L’affaire de l’idole d’or » : une enquête passionnante

Préparez-vous pour l’enquête de l’année. Il s’agit ici d’observer une succession de douze images, douze instantanés, à chaque fois captés quelques secondes après un drame, le plus souvent un meurtre. Qui a tué qui ? Comment et pourquoi ? Pour répondre à ces questions, vous devez commencer par observer les scènes, séparer les témoins des suspects, et identifier les indices qui débloquent autant de mots-clés, que vous tenterez ensuite de reconstituer pour démêler ces douze écheveaux.

Douze gâchis qui forment en réalité une seule intrigue sur quatre décennies, et dans laquelle se mêlent destins individuels, idéaux révolutionnaires et exotisme ésotérique. Rares sont les jeux d’investigation qui poussent, non pas en cliquant au hasard partout sur l’écran, mais en réfléchissant bien pour faire ses propres déductions. Le titre des frères Klavins en fait partie et nous rappelle notre coup de cœur de l’année 2018 : dîner de retour du travail.

Disponible pour 18€ sur PC.

A lire aussi : On a essayé… « The Case of the Golden Idol », un jeu de détective en or
  • « A Plague Tale : Requiem » : amour fraternel

Succès surprise de l’année 2019, A Plague Tale: Innocence, racontait le parcours d’Amicia et Hugo de Rune, deux enfants tentant de survivre simultanément contre la Peste noire et l’Inquisition. Dans sa suite, l’indéfectible amour fraternel est à nouveau mis à mal par les ténèbres abyssales dans lesquelles cette Aquitaine cauchemardesque est plongée pendant la guerre de Cent Ans. Le savant mélange d’infiltration et d’énigmes typique du premier épisode est habilement rejoué, tout en y ajoutant une bonne dose d’action. Une aventure implacable, avec de nombreuses courses-poursuites (spectaculaires) et des combats (parfois un peu maladroits), aussi rapide qu’émouvant, alimenté par une direction artistique inspirée.

Disponible pour 50 € sur PC ; pour 60 € sur PlayStation 4 et 5 ; Gratuit avec l’abonnement Game Pass.

A lire aussi : On a essayé… « A Plague Tale : Requiem », une histoire d’amour fraternel au temps de la peste noire
  • “Retour à l’île aux singes”: un billion de milliers de ports

Il y a des retrouvailles auxquelles on ne s’attendait plus. Trente et un ans après l’inoubliable île aux singes 2Ron Guilbert et Dave Grossman, deux des trois co-créateurs de la série iconique, proposent un nouvel épisode sous la direction du studio Lucasfilm, aujourd’hui propriété de Disney, et de l’éditeur Devolver. On découvre d’abord l’île de Mêlée, paradis des pirates colorés, sous un nouveau jour. Les visuels de style dessin animé de Rex Crowle remplacent le pixel art des tranches précédentes. Ces illustrations foisonnantes et suggestives sont alors le théâtre de dialogues sophistiqués, alternant humour trivial et débridé. Une pépite d’écriture et un retour aux sources du genre -point-and-click- aussi réussi qu’émouvant.

Disponible pour 23€ sur PC et 25€ sur Switch.

Lisez notre interview avec Gilbert et Grossman : Article réservé à nos abonnés Avec “Return to Monkey Island”, “on ne voulait pas créer un jeu vidéo nostalgique”
  • « Bayonetta 3 » : l’improbable chimère

Bayonetta 3 était recherchée depuis huit ans. La sorcière revient avec un épisode à la hauteur de sa folie visuelle et de ses scènes d’action déjantées. Exploitant l’engouement multivers, le jeu transforme sa diva pop déjà magique et presque immortelle en l’équivalent d’une super-héroïne Marvel. Pendant quinze ou vingt heures, le joueur est mêlé à un spectacle extravagant, mais plombé par une escalade qui peut autant le galvaniser que l’abattre.

La multitude de nouvelles invocations démoniaques donnent lieu à des séquences de gameplay toutes plus déroutantes les unes que les autres : affrontement des titans digne d’un film monstre japonais, course-poursuite endiablée, tir sur rails au-dessus des nuages, rythme parodique du jeu, etc. De cette abondance de genres, PlatinumGames produit une carcasse exquise avec une générosité démesurée. Un jeu qui n’est qu’une chimère.

Disponible pour 60 € sur Switch.

A lire aussi : On a essayé… « Bayotta 3 », un jeu d’action aussi envoûtant que monstrueux

Cinq autres titres passionnants à essayer

  • « Foretales » : animaux fantastiques

Les Français d’Alkemi parviennent à nous lancer dans une aventure trépidante avec des cartes simples. Les combiner judicieusement sur le plateau est le seul moyen de faire avancer l’intrigue. S’ensuit de savoureuses discussions entre les personnages (qui semblent tirées du Robin des Bois Disney), l’exploration et les batailles qui nécessitent de la stratégie. Un univers attachant qui stimule à la fois l’imagination et la réflexion.

Disponible pour 20€ sur PC et Switch.

  • “Dome Keeper”: creuser, creuser et creuser plus

Y a-t-il plus de plaisir dans un jeu vidéo que de percer des galeries ? Inventer son propre labyrinthe, jouer par soustraction ? du ver vers chez Steve Minecraft par le démon bilieux de gardien de donjonles jeux de minage, bien que peu nombreux, sont généralement agréables. gardien du dôme n’échappe pas à cette douce fatalité, nous proposant de rechercher, toujours plus profondément, les ressources qui nous permettent de fabriquer des armes et des défenses pour faire face à des menaces toujours plus grandes. Cloître mais stimulant.

Disponible pour 18€ sur PC, Mac et Linux.

  • « Splatoon 3 » : jamais deux sans trois

Le troisième fils de la famille. éclaboussures il a les qualités de ses prédécesseurs : une identité visuelle unique, toujours de la bonne musique et une bonne humeur permanente. Le jeu de tir coloré, dans lequel les armes ne sont pas chargées de balles mais de peinture, ne subit pas de changement révolutionnaire. Il n’a jamais été aussi fluide en ligne et sa campagne solo est l’une des plus réussies. Une formule toujours aussi fun mais qui repose sur ses acquis et ses lauriers.

Disponible pour 60 € sur Switch.

A lire aussi : On a essayé… « Splatoon 3 », une nouvelle plongée dans la mare aux calamars
  • “Mario + Les Lapins Crétins. Étincelles d’espoir » : Whiplash

La lune de miel entre les Lapins Crétins d’Ubisoft et Mario de Nintendo se poursuit après un mariage réussi en 2017. Pour ce deuxième épisode, direction les étoiles pour libérer différentes planètes d’un mal mystérieux qui ronge la galaxie. Le jeu de stratégie innove et renouvelle son système de combat. La navigation est également plus libre. Un divertissement familial qui offre quelques pics de difficulté.

Disponible pour 60 € sur Switch.

A lire aussi : On a essayé… « Mario + Les Lapins Crétins. Sparks of Hope », la tactique sans pression
  • « Hyper Demon » : shot psychédélique

Hypnotique, psychédélique, hermétique. Comme son prédécesseur poignards du diable, la nouvelle œuvre du studio Sorath est un jeu de tir et de survie impitoyable. Vous devez éliminer au plus vite des hordes de monstres pour gagner quelques secondes dans un compte à rebours qui marque la fin de la partie. Un titre expérimental, certes épuisant mais diablement fascinant.

Disponible pour 20€ sur PC et Switch.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*