Renault Kangoo 1.3 TCe EDC : Doux Kangoo !

Boitier EDC disponible en essence et diesel

2 100 € plus cher que la boîte manuelle

Finition Techno imposée

A partir de 31 000 €

Pénalité de 1 386 € en essence

De plus en plus de personnes préfèrent les boîtes de vitesses automatiques, et c’est légitime : la multiplication des ronds-points, dos d’âne, panneaux stop et goulots d’étranglement, mais aussi et surtout les embouteillages incessants (même à la campagne !) pour tester la jambe gauche. .. Encore faut-il avoir les moyens de s’offrir ces cours d’eau tranquilles. Dans les véhicules familiaux notamment, la note atteint rapidement des sommets lorsque l’on coche les cases DCT, DSG, EAT, CVT ou EDC entre autres, dans les configurateurs des grandes marques.

Inévitablement associée à la finition Techno haut de gamme, la version 1.3 TCe EDC regorge d'équipements et soigne sa présentation avec des jantes alliage 16 pouces et des vitres arrière surteintées.  La peinture métallisée est facturée 650 €.
Inévitablement associée à la finition Techno haut de gamme, la version 1.3 TCe EDC regorge d’équipements et soigne sa présentation avec des jantes alliage 16 pouces et des vitres arrière surteintées. La peinture métallisée est facturée 650 €.

Comptez près de 35 000 € au moins pour un Peugeot 3008 1.2 PureTech EAT8, plus de 39 000 € pièce volkswagen tiguan 1.5 TSI DSG d’entrée de gamme, 38 000 € l’un renault grand scénique 1.3 TC EDC. L’arrivée d’un monospace à transmission automatique comme ce Kangoo EDC représente donc une bonne opportunité pour les budgets serrés, du moins pour ceux qui ne craignent pas un profil utilitaire. Certes, il faut encore cotiser 31 000 € en essence (31 900 € en diesel), à défaut de pouvoir sélectionner une autre finition autre que cette Techno haut de gamme, ainsi qu’un malus de 1 386 €. Et un autre véhicule bien connu du groupe Renault, en l’occurrence le Dacia Duster, fait encore mieux en proposant un prix d’entrée de 22 650 €…

La présentation à bord du dernier Kangoo est plus austère qu'auparavant, mais la finition est digne du reste des véhicules de la marque.  On apprécie également les grands espaces de rangement, notamment la boîte à gants et le capot.
La présentation à bord du dernier Kangoo est plus austère qu’auparavant, mais la finition est digne du reste des véhicules de la marque. On apprécie également les grands espaces de rangement, notamment la boîte à gants et le capot.

Mais le Kangoo est bien plus moderne, spacieux et pratique que son cousin roumain. Et à ce prix, l’équipement est ultra complet avec, entre autres, une aide au stationnement 360° avec caméra de recul, panneau de lecture, feux de route automatiques, GPS, écran tactile 8”, accès mains libres et climatisation automatique. bizone Enfin, si l’on compare leurs prix à ceux des quelques dérivés thermiques encore sur le marché (citroën berlingo Multi-espace et peugeot désormais disponible uniquement en version électrique), la Renault est plutôt bien placée : un chariot volkswagen 1.5 TSI DSG Style aux prétentions d’équipement proches… 8 690 € de plus ! Pour ne rien gâcher, la mécanique de Renault est à la fois tonique et onctueuse dans son utilisation…

Sur la route : comme dans un SUV… ou presque !

Ceux qui connaissaient l’ancien kangoo 1.2 TCe avec boîte de vitesses automatique. EDC6 peut être agréablement surpris. Comme tous les autres véhicules Renault équipés du moteur 1.3 TCe (développé avec Mercedes, pour rappel !) et de la boîte de vitesses robotisée à double embrayage EDC, ce Kangoo montre du tonus en toutes circonstances et est d’une grande douceur d’utilisation. Le gain de couple (230 Nm à 1 500 tr/min contre 190 Nm à 2 000 tr/min auparavant) assure une réactivation tout à fait correcte à mi-régime sans qu’il soit nécessaire de réduire la boîte de vitesses, du moins lorsqu’elle est vide, tandis que l’allongement du moteur garantit de meilleures accélérations. De plus, le passage à la vitesse supérieure est rapide et fluide. En fin de compte, quelques doutes sur le nombre de rapports à rétrograder lorsque vous appuyez sur l’accélérateur peuvent mettre un terme à la conduite. La discrétion du moteur est également appréciée la plupart du temps. Enfin, malgré l’aérodynamisme de la porte de garage, la consommation n’a pas dépassé les 8 l/100 km sur routes et autoroutes. En ville en revanche, on a pu constater que l’ordinateur de bord indiquait près de 9 l/100 km. Il faut dire que ce Kangoo frôle les 1 600 kg… Enfin, dernier avantage : cette boîte de vitesses automatique donne accès à la conduite autonome de niveau 2 (1 200 €), le régulateur de vitesse adaptatif fonctionnant jusqu’au chômage total. De plus, le système a fonctionné sans plantage ni erreur d’appréciation lors de notre test.

Essai - Renault Kangoo 1.3 TCe EDC : Doux Kangoo !Le Kangoo est assez spacieux au niveau des jambes et dispose d’une banquette design à trois places de taille identique. Mieux, les vitres descendent presque jusqu’en bas et ici on profite d’aérateurs et de prises USB. Par contre, on manque un peu de largeur aux trois, les dossiers sont un peu fermes, et on n’a toujours pas d’accoudoirs sur les portes (pourquoi pas des modèles rabattables ?).

Pour le reste, on retrouve les qualités et défauts intrinsèques du Kangoo. Côté comportement, rien à dire : s’il n’est pas agile, le châssis est aussi serein que celui d’un SUV de la marque avec du sous-virage une fois les limites d’adhérence dépassées (l’avant glisse légèrement, mais pas l’arrière). Et si l’amortissement peut être un peu ferme à basse vitesse, notamment sur les dos d’âne, il est apaisant une fois sorti de la ville, notamment sur les bosses des routes départementales délaissées et des échangeurs autoroutiers. En revanche, la résistance au vent importante typique d’un utilitaire dérivé a tendance à dévier le bateau de quelques dizaines de centimètres lorsque le vent est fort. De plus, le grand nombre de pare-brise nuit à la visibilité (attention aux piétons qui traversent et aux vélos qui se dirigent vers les intersections !), et le rayon de braquage apparaît un peu élevé dans les manœuvres.

Essai - Renault Kangoo 1.3 TCe EDC : Doux Kangoo !
Essai - Renault Kangoo 1.3 TCe EDC : Doux Kangoo !

Renault indique un volume de coffre dans la moyenne de la catégorie. D’après nos constatations, un VW Caddy semble plus spacieux, d’autant plus qu’il permet de retirer complètement les sièges arrière. En revanche, la banquette est aplatie presque au ras du sol pour faciliter les chargements improvisés. Dommage que les dossiers ne soient pas tout à fait horizontaux.

Côté accueil à bord, le Kangoo dernière génération est toujours apprécié pour son aménagement luxueux, même si le design rectiligne rend l’environnement austère, ses rangements (tiroir boîte à gants accessible, grande capote, poubelles dans les portes arrière) et ses 2/ Banquette 3 – 1/3 avec trois places séparées (mais un peu étroites) et rabattable à hauteur du plancher de coffre pour faciliter le chargement improvisé. Et si l’écran multimédia n’est pas nouveau (tant en termes de définition que de réponse au toucher), l’ergonomie générale est intuitive, d’autant que la climatisation se règle via une console dédiée (avec de gros boutons !). Enfin, s’il ne bat pas de records de volume, son coffre est assez grand dans l’absolu (575 dm3 annoncés), bas et carré.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*