Preview WRC Generations : découvrez un bouquet final !

Lors d’un lancement de jeu vidéo, chaque service marketing sert la même vieille salade, basée sur des formules superlatives comme “la simulation la plus réaliste, le jeu le plus complet” Soit “meilleure plongée jamais vue”. Cela vaut aussi pour les jeux de sport et de voiture, dans le but d’appâter la barge, parfois à juste titre, comme avec la série Assetto Corsa. Mais, trop souvent, la réalité est moins flatteuse que ce que nous vendent les créateurs (bugs, mauvaise optimisation, contenu payant avec surcoût, etc.).

Ainsi, lorsque nous avons reçu une invitation de KT Racing pour visiter l’un de leurs deux studios de développement à Paris (le second est situé à Lyon), une pointe d’appréhension s’est mêlée à l’excitation de découvrir les coulisses d’un jeu. : « Générations WRC est le jeu de Rencontre qui offre le plus de contenu jamais vu dans un jeu de rallye (avec) nouvelle physique des véhicules encore plus réaliste ». Mais l’entreprise française est-elle à la hauteur de ces annonces ?

Afin de réchauffer les médias invités, KT Racing (anciennement Kylotonn) a préparé un buffet de bienvenue. C’est très bien, mais vous ne m’attraperez pas si facilement ! Il va falloir jouer dur. Ma configuration de jeu à domicile est limitée à une PlayStation et à une manette. Je n’ai pas les compétences ou les connaissances nécessaires pour maximiser le potentiel d’un jeu de voiture avec un simulateur. Cependant, toute ma carrière de joueur a été basée sur les jeux de rallye, de Colin McRae Rally 2.0 sur ma Game Boy Color au tournant du siècle dernier à CMR 10 achetés en 2021. C’est justement ce segment de passionnés que KT Racing a su séduire depuis l’acquisition de la licence Championnat du Monde des Rallyes en 2014. En effet, contrairement à un DiRT Rally, on peut se faire plaisir sans débourser une fortune sur un rallye . . – siège et volant. Cela continue d’être le cas pour WRC Generations, car le comportement des voitures, s’il nécessite un léger temps d’adaptation, n’est pas insurmontable tant que l’on maîtrise les transferts de masse.

LIRE AUSSI > 21 rallyes différents disponibles dans le jeu WRC Generations

Ce test, qui a eu lieu un mois avant la sortie prévue le 3 novembre, laisse présager que WRC Generations sera un jeu qui marquera un tournant dans la lignée des productions de ce genre. C’est en tout cas l’objectif que se propose KT Racing. Alain Jarniou, directeur créatif du studio, pose un regard émouvant sur l’évolution de la licence. « Lorsque nous avons développé WRC 5 en 2015, nous n’étions que 60 personnes. En deux ans, nous sommes repartis de zéro et nous devions produire un match par saison. Le rythme de travail a été assez serré, mais nous aimons le rallyeexplique celui qui a débuté dans la Dreamcast et qui a participé à la saga V-Rally d’antan. Nous avons fait de notre mieux pour ne jamais mettre une couche de peinture sur le jeu précédent. »

Si WRC est passé d’un jeu passable au milieu de la décennie précédente, à un ouvrage de référence du jeu vidéo en 2022, c’est aussi le cas avec KT Racing. Aujourd’hui, KT Racing emploie 180 personnes, dont une cinquantaine dans le seul jeu WRC. Cette licence était prometteuse pour le développement de l’entreprise qui avait la lourde tâche de redonner de l’attractivité au WRC pour l’étude italienne Milestone entre 2010 et 2013. “Jusqu’au WRC 7 en 2017, nous avions peur que de vrais pilotes tentent le jeu. reconnaît Alain Jarniou. jeIls ont dévié du chemin et ont peu joui, faute de réalisme. Nous avons reporté d’un an le lancement de WRC 8 pour corriger ce gros point noir. »

Depuis, les choses ont changé. KT Racing a même offert une session de jeu chez Sébastien Loeb, réalisé cet été. Une autre validation marketing ? Non : en vidéo, le nonuple champion du monde joue habilement les pièges de Sanremo dans sa Ford Fiesta hybride. “Elle a passé toute la journée à l’essayer et s’est retrouvée dans l’ère Lohan Blanc (quadruple champion eSports WRC)qui démontre le réalisme du jeu », précise Alain Jarniou. Pour une fois, on s’incline. D’autres aspects cruciaux Aux yeux des passionnés de rallye, la vraisemblance a été l’une des grandes œuvres de l’année. Les nouveaux hybrides Rally1 ont bénéficié d’une modélisation de 100 millions de polygones (ce qui signifie un rendu extrêmement propre).

Les designers ont pris 500 photos de ces voitures en marge de Monte-Carlo, et les références remontent jusqu’au Rallye de Croatie pour coller au plus près des évolutions des livrées et des appendices aérodynamiques. Les sons du moteur, moqués pour leur excentricité dans le passé, ont gagné en profondeur, même s’ils ne semblent pas correspondre à ceux de DiRT Rally 2.0. Même l’interface “in-game” reprend les codes stylistiques visibles lors des diffusions TV ! Vous pourrez sélectionner l’un des trois modes de puissance du système hybride avant chaque étape, comme dans la vraie vie.

Les 21 rallyes proposent plus de 750 km de spéciales, dont des morceaux de bravoure tirés du réel comme le saut de Fafe au Portugal. Des places absentes du WRC en 2022 comme la Turquie, l’Argentine et le Tour de Corse sont établies. La Suède a bénéficié d’une refonte complète : fini les autoroutes enneigées, il faut désormais slalomer entre les congères et même s’appuyer dessus pour mieux négocier les virages ! Enfin, les nostalgiques “sableront” la modalité Historique avec toutes les voitures ayant remporté au moins un titre Constructeur depuis 1973, date de création du WRC, laAlpin A110 à la Toyota Yaris.

En sortant du studio, on éprouve une pointe de regret. Que fera Codemasters avec la licence WRC à partir du 1er janvier ? Est-ce que des joueurs moins professionnels qui sont tout aussi passionnés par le rallye tomberont pour une équipe de simulation hardcore ? EA, qui a racheté Codemasters et dont les méthodes commerciales ne conviennent pas aux fans de rallye, sport populaire par définition, va-t-il transformer le WRC en guichet automatique ? Peu importe ce que deviendront les futures WRC, car WRC Generations a été conçu pour durer dans de nouveaux modes. Les joueurs pourront créer et partager des livrées. “Nous avons une grande base de fans de rallye, nous sommes sûrs qu’ils mettront à jour les couleurs Rally1 quelques jours après Monte Carlo.”précise Alain Jarniou.

Aussi, un système de ligue vous permettra d’affronter en ligne des adversaires de même niveau. La frustration d’être relégué au 2 391e rang du classement combiné aura disparu car les groupes seront divisés en groupes de 30 joueurs et rafraîchis périodiquement. Pour KT Racing, il sera temps de lancer d’autres projets axés sur le sport automobile et de perfectionner Test Drive Unlimited Solar Crown, un jeu en monde ouvert se déroulant sur l’île de Hong Kong. Nous nous déplacerons… en voiture, bien sûr !

Informations pratiques :

• 750 km d’étapes uniques dans 22 pays

• 49 équipes de la saison 2022 (Rally1 / Rally2 / Junior WRC)

• 37 voitures légendaires et des bonus supplémentaires

• 165 étapes chronométrées

Lancement sur PC, Steam, PlayStation 4 et 5, Xbox One et Series le 3 novembre. Sortie sur Switch avant Noël. A partir de 39,99 euros.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*