pour le compte de Saint Pierre et Miquelon / Coupe de France / 3e tour / Luynes Sport-AS Îlienne Amateurs / SOFOOT.com

Après un parcours de plus de 4 000 km depuis Saint-Pierre-et-Miquelon, l’AS Îlenne Amateurs disputera ce samedi une troisième manche de la Coupe de France. Une compétition à laquelle seules les équipes de l’archipel ont accès depuis 2018 et qui leur offre le privilège d’aller en métropole, de passer quelques jours à Clairefontaine, mais aussi d’affronter l’ancien international des Bleus Jérémy Mathieu, qui évolue à Luynes Sport. (R2) avec l’objectif historique de se qualifier pour un 4moi itinéraire.


Modifié

Situé à 30 kilomètres à l’est du Canada, l’archipel de Saint Pierre et Miquelon abrite 6 000 âmes, un peu moins que la ville de Guingamp. Si le hockey sur glace y est le sport roi, le football tente d’exister avec son championnat à trois équipes qui se rencontrent huit fois de mai à septembre. Mais depuis 2018, un “grosse carotte” fait courir les joueurs saint-pierrais un peu plus vite après le ballon : les équipes de l’archipel sont retenues pour le 3e tour de la Coupe de France avec un déplacement en métropole en jeu. Cette année, c’est l’AS Îlienne Amateurs qui a obtenu son billet en éliminant l’AS Saint-Pierre aux tirs au but au premier tour, puis l’AS Miquelon au second. Mais derrière cette joie qualificative se cache un véritable parcours pour émouvoir la 30 délégation saint-pierraise.

« Moi, je vais peut-être deux ou trois fois par an, en métropole, mais pour certains, c’est la première fois ! » Mehdi El Ghazouani, joueur ASIA

Un océan les sépare de la France, donc évidemment pas question y aller en char à voile. « C’est la Fédération qui gère toute la logistiquebalaie l’entrée de Mehdi El Ghazouani, le capitaine de l’équipe. Il y a plusieurs façons d’arriver en France, je pense que nous avons pris la plus longue. Pour l’aller nous avions trois vols : de Saint-Pierre à Halifax (au Canada, province de la Nouvelle-Écosse, ndlr), de là nous sommes arrivés à Montréal où nous avons attendu huit heures notre dernier avion pour Paris pour un trajet total d’un peu moins de 24 heures. Pour le retour nous partirons de Marseille vers Francfort puis Toronto et enfin Halifax où nous passerons la nuit avant de faire un dernier trajet pour arriver chez nous le lundi matin. » Un voyage forcément exceptionnel pour ces Français d’outre-mer : « Je vais peut-être deux ou trois fois par an en métropole, mais pour certains c’est la première fois ! »

Noël Le Graët, arbitre du Parc des Princes et de la Ligue 1

Une véritable aventure d’une semaine pour laquelle toute l’équipe a su se rendre disponible. « Les patrons étaient gentils, mais c’était surtout embêtant pour les jeunes qui prenaient une semaine de vacances à la rentrée. Au pire, on demandera à Noël Le Graët quelques mots d’excuses. , plaisante du côté des Jaunes, officiant dans la production de contenus numériques dans la vie civile. Le président de la 3F, les Saint-Pierrais d’ASIE le connaissent bien puisqu’il les a reçus au siège de la Fédération lorsqu’ils ont gagné leur place en 3moi tournée en 2019. Rebelote ce mercredi où ils ont également chacun reçu un maillot de l’équipe de France. « Nous ne pouvons qu’être reconnaissants à la Fed pour ce qu’elle met en œuvre pour un petit club comme le nôtre, pour un si petit archipel.Mehdi témoigne. En 2019 nous avons pu visiter le Parc des Princes, ils nous ont aussi offert des billets pour voir les Bleus contre Andorre. »

Le club présidé par Ludivine Quedinet, qui compte quelque 300 licenciés, avait rencontré à l’époque le FC Lyon, logeait à proximité et avait pu s’entraîner à Tola Vologe, l’ancien centre de formation de l’Olympique Lyonnais. Cette fois, les Saint-Pierrais sont encore mieux lotis, puisqu’ils sont basés au CNF de Clairefontaine. « Nous sommes dans des bâtiments neufs, dans de grands halls. Le complexe est super propre » dit le joueur. D’ici deux semaines, ils auraient pu croiser Mbappé, Griezmann et consorts. Mais pas de quoi altérer son enthousiasme : «Nous mangeons avec beaucoup de gens comme des entraîneurs qui obtiennent leur diplôme. Il y a aussi tous les arbitres de Ligue 1 et de Ligue 2 qui sont en formation, on a pu beaucoup discuter avec eux. » Le tout sans risquer de porter une carte. Autre partie du complexe -et non moins importante- dont peuvent profiter les joueurs de l’entraîneur portugais José Manuel Almeida : les terrains synthétiques. C’est sur cette surface inconnue de tous que Luynes Sport, club de Régional 2 situé dans les Bouches-du-Rhône, s’affrontera samedi à 18h00.

« Toi, tu viens de Saint Pierre et Miquelon et tu peux affronter un garçon qui a fait le quintette historique avec le Barça et qui a joué en équipe de France. » Mehdi El Ghazouani

Archipel, mais pas Archiper

On l’oublierait presque, mais c’est la principale raison de ce voyage malgré l’odeur de colonie de vacances qui plane dans l’air. “C’est difficile de se concentrer tellement sur le jeu qu’on voit de nouvelles choses. Les anciens comme moi, on rappelle aux jeunes qu’on a encore un match à jouerprévient El Ghazouani, du haut de ses 34 ans. Il peut y avoir de petits sauts de concentration à l’entraînement, mais le coach nous repense aussi. » Cerise sur le gâteau, la formation aixoise compte sur l’ancien international français Jérémy Mathieu (5 sélections). «Les corners, peut-être que nous les jouons au sol. C’est une autre distraction. Toi qui viens de Saint-Pierre-et-Miquelon et qui peux affronter un gars qui a fait le quintette historique avec le Barça et qui a joué en équipe de France. Mais bon, il ne faut pas trop l’admirer, mais le prendre à la marque. »

sc 3moi Le tour de Luynes s’annonce forcément compliqué pour le club du trèfle à quatre feuilles. «Clairement, nous nous attendons à souffrir. Il y a deux ans, contre le FC Lyon qui était monté en R1 en fin de saison, on avait perdu 5-1, mais l’addition aurait pu être plus salée.rappelez-vous le défenseur. Physiquement, on s’était heurté à un mur face à des gars qui sortaient tout juste de prépa. L’AS Saint-Pierroise a battu Vertou (N3) 8-0 la saison dernière. On sait qu’il faudra aussi être très rigoureux pour ne pas laisser de trous. Dans tous les cas, notre engagement est de représenter le football local. » Et c’est presque l’essentiel, bien qu’on se permette encore de rêver. « Qui sait ce qui peut arriver ? » Mehdi El Ghazouani dit avoir été clair sur le fait que c’est la coupe de toutes les possibilités, et il n’a pas peur de devoir retraverser l’océan pour le prochain tour.

Par Alexandre Le Bris
Interview réalisée par ALB.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*