plus de 30 000 policiers et gendarmes seront mobilisés chaque jour

“Un défi jamais relevé”. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a détaillé, mardi 25 octobre, devant les commissions des affaires culturelles et des lois du Sénat, les enjeux sécuritaires que représentera l’organisation des Jeux olympiques et paralympiques à l’été 2024 (26 juillet -11 août), et les moyens qui seront nécessaires pour y faire face.

“Plus de 30.000 policiers et gendarmes seront mobilisés chaque jour pendant un gros mois”, a-t-il expliqué, fixant le cadre général. La sécurité des Jeux est un enjeu important, surtout après le fiasco organisationnel de la finale de la Ligue des champions au Stade de France fin mai.

Mais le rendez-vous olympique aura une toute autre dimension : ce sont quarante sites, accueillant 10 500 athlètes, qu’il faudra protéger, dont la moitié en Ile-de-France, principalement à Paris et en Seine-Saint-Denis. Mais “Vingt-deux villes accueilleront des événements, qui nécessiteront des projections de force”, Le ministre de l’Intérieur a également précisé.

A lire aussi : Les conclusions définitives du Sénat sur les incidents du Stade de France : « Enchaînement de dysfonctionnements », « pépins », « perte de contrôle »

Souhait d’une “billetterie gratuite” pour la cérémonie d’ouverture

En Ile-de-France, ce sont “entre 12 000 et 45 000 policiers” qui seront mis en service selon les jours, a détaillé M. Darmanin, rappelant qu’il existe « 250 000 policiers et gendarmes en France », avec une ” base “ vraiment « mobilisable de 140 000 à 150 000 » fonctionnaires.

La seule cérémonie d’ouverture, le 26 juillet 2024, devrait voir affluer 600 000 personnes sur les quais de Seine à Paris, a confirmé le ministre. Les quais bas de Seine seront accessibles aux “100 000” téléspectateurs payants, les plateformes supérieures seront gratuites “500 000 personnes”a détaillé M. Darmanin, précisant que cela mobilisera “35 000 policiers”. L’organisateur poursuit, “Il doit aussi garantir 3.000 agents de sécurité privés” pour cette cérémonie et la ville de Paris souhaite “3 000 embauches” police municipale d’ici 2024.

Le ministre a également déclaré que le gouvernement souhaite la mise en place d’un “casier gratuit” pour mieux contrôler le flux de spectateurs le long des quais hauts de Seine. “Ce n’est pas finalisé. Pour le moment, il n’est pas prévu qu’on puisse compter les personnes qui viendront sur les hauts quais”, a-t-il ajouté. spécifique. ” Il faut éviter” voir le flux « 800 000 à 900 000 personnes. Cela permettrait notamment de connaître l’identité des détenteurs des billets. »

A lire aussi : Article réservé à nos abonnés JO Paris 2024 : entre inflation, sponsors et économies à trouver, un budget difficile à équilibrer

M. Darmanin reconnu que, bien que la sécurité des plates-formes inférieures sera en charge du Comité d’organisation des Jeux (Cojop), la responsabilité de la sécurité des plates-formes supérieures fait partie de la cérémonie d’ouverture ” pour le moment “ n’a pas été établi. “Je prône que l’Etat soit responsable de la sécurité, donc aussi de l’organisation, et non la ville de ParisIl expliqua. C’est la proposition que le préfet de police a faite à la maire de Paris. Je verrai Mme Hidalgo avec qui je prendrai rendez-vous très prochainement.

Report ou report d’événements sportifs et culturels

Pour répondre à ces besoins durant l’été 2024, M. Darmanin a expliqué que les domaines de concurrence distincts entre la police et la gendarmerie seront supprimés. Les élèves des écoles de police et de gendarmerie seront également sollicités pour certaines tâches. Les policiers et gendarmes ne pourront pas non plus prendre de vacances de juin à août.

Compte tenu des moyens qui devront être mis en place pour les JOP, un certain nombre de festivals et d’événements sportifs et culturels devront être annulés ou reportés, a également expliqué le ministre de l’Intérieur. Il a également averti qu’il y aurait “il n’y a pas de plage de CRS cette année-là”.

« Nous faisons ce travail en ce moment.il ajouta. On ne pourra pas mettre les mêmes forces que toujours. Il ne s’agit pas de forcer. Il n’y aura pas d’interdiction. Mais chacun doit faire un petit effort.

Caméras CCTV supplémentaires, mais sans reconnaissance faciale

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmain a déclaré, lors de son audition au Sénat, mardi 25 octobre, que « Des moyens exceptionnels en vidéo protection » sera lancé pour les Jeux Olympiques et Paralympiques. “ Les villes de Paris et Saint-Denis vont connaître des augmentations du nombre de caméras qu’elles n’ont jamais connues auparavant »citation assurée “au moins 400 caméras pour Paris en 2024 et 500 pour Saint-Denis et les trois communes voisines”.

“Je ne suis pas pour la reconnaissance faciale”M. Darmanin a également déclaré, soulignant qu’il n’est pas « convaincus que nous avons les moyens de nous assurer qu’il ne sera pas utilisé autrement par la suite. » D’autre part, le ministre a déclaré qu’il souhaitait avoir “ moyen de la vidéo dite intelligente, intelligence artificielle appliquée à la vidéo ». “Actuellement la loi l’interdit”rappelé, indiquant vouloir inscrire dans la future loi sur la tenue des Jeux Olympiques “moyens juridiques et budgétaires supplémentaires” obtenir ce genre de technologie.

Le monde

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*