MG ZS 1.0 l T-GDI (2022) : 5 000 € moins cher qu’un Captur !

ET BREF

VUS urbain

Moteur essence 1.0 turbo de 111 ch

À partir de 20 990 €

Avec lui ZS électrique EV, mg frappe fort. Imaginez : à 27 990 € en version call (6 000 € de bonus déduit), le SUV urbain zéro émission chinois est actuellement 4 760 € moins cher que le e-2008, la référence française du segment, alors qu’elle est sérieusement construite et équipée d’une batterie de capacité équivalente (51 kWh). Bien sûr, c’est bien aidé par un coût de main d’oeuvre en marguerite (pour ne pas dire injuste…), mais les budgets serrés qui ne veulent pas retourner à la pompe ont de quoi se laisser tenter, d’autant plus que la voiture flatte. tant pour sa présentation soignée que pour son logo… Consciente que la plupart des clients européens sont encore attachés aux moteurs thermiques, la marque lance une nouvelle offensive avec les versions essence de son petit baroudeur. Si le quatre cylindres atmosphérique 1.5 d’entrée de gamme semble un peu daté avec son couple maximal à 4 500 tr/min, ce trois cylindres 1.0 turbo de 111 chevaux est parfaitement dans l’air du temps. D’ailleurs, on retrouve cette architecture moteur sous le capot de ses principaux concurrents. Et bien qu’il ne soit disponible qu’avec une finition Luxe haut de gamme, la proposition est alléchante : seulement 20 990 €, alors que l’équipement comprend un accès mains libres, une instrumentation numérique, des sièges chauffants à réglage électrique côté conducteur, et même un toit ouvrant panoramique. Coup dur pour ses rivaux : un Capture Le 1.0 TCe Techno, par exemple, pas si généreux et dont le moteur atteint 90 ch, est facturé 26 450 €. Même constat chez Peugeot où un 2008 Le Pack Allure 1.2 Puretech 100 CV s’affiche intégralement à… 27 700 € ! Bien sûr, les Français peuvent toujours se négocier un peu, mais pas au point de les rendre aussi attractifs… Ne cherchez pas : parmi ses concurrents, seul le Dacia Duster peut s’aligner, mais sans proposer autant d’équipements. Pour conclure, la ZS est garantie 7 ans (ou 150 000 km). Et n’allez pas croire que les chinois sont fabriqués à la va-vite, bien au contraire : le mobilier est rigoureusement agencé et de bonne qualité. Les sièges en similicuir ornés de surpiqûres rouges et de broderies à l’effigie MG sur les appuie-tête notamment sont flatteurs.

Le tableau de bord est très bien conçu, solidement fixé et de bonne qualité, notamment avec un beau matériau souple sur le dessus.  Rigides mais avec un aspect mat assorti, les plastiques des portes et des dessous sont également de bonne qualité.
Le tableau de bord est très bien conçu, solidement fixé et de bonne qualité, notamment avec un beau matériau souple sur le dessus. Rigides mais avec un aspect mat assorti, les plastiques des portes et des dessous sont également de bonne qualité.

Mieux encore, l’espace intérieur est remarquable : non seulement le coffre est l’un des plus spacieux de la catégorie (448 dm3 annoncés contre 434 dm3 par exemple en 2008), mais l’espace pour les jambes semble très généreux. Où signe-t-on ? Pas si vite… Car si l’on regarde bien, certains détails peuvent choquer certaines personnes. Ses émissions de CO2 supérieures à la moyenne lui ont déjà valu une amende de 898 €. Ensuite l’équipement présente quelques lacunes : le volant n’est pas réglable en profondeur, le frein de stationnement est toujours manuel, le siège passager n’est pas réglable en hauteur, seule la vitre passager est à impulsion (il faut garder le doigt sur le bouton pour l’activer les autres), la climatisation n’est pas automatique, et les occupants du trottoir ne trouvent aucune lumière au plafond. Et si l’équipement de sécurité comprend un moniteur d’angle mort et un moniteur de circulation en marche arrière, il est impossible d’avoir les dernières aides à la conduite actives telles que le régulateur de vitesse adaptatif ou l’assistant de maintien de voie.

Essai - MG ZS 1.0 l T-GDI (2022) : 5 000 € moins cher qu'un Captur !
Essai - MG ZS 1.0 l T-GDI (2022) : 5 000 € moins cher qu'un Captur !

Profond, le coffre offre un très grand volume, mais aussi un plancher réglable en hauteur pour offrir un plancher plat (ou presque) une fois les dossiers rabattus. Malheureusement, le seuil est élevé et le tapis court et rugueux n’augure rien de bon dans le temps.

Enfin, les systèmes d’infodivertissement ne sont pas ergonomiques. Celui de l’instrumentation ne montre déjà que l’ordinateur de bord, qui est assez basique (malgré la mesure de la pression et de la température des pneus), tandis que ceux de ses rivaux peuvent présenter la carte de navigation, le téléphone ou les menus du système audio. Quant à l’écran du système multimédia/GPS, il est peu sensible au toucher, long dans ses calculs et peu pratique puisque la visualisation de certaines fonctions se fait forcément au détriment d’autres. Encore plus dommage c’est que seul par lui on peut contrôler le chauffage : si on veut modifier les débits d’air par exemple, on perd de vue toutes les autres informations…

Les passagers arrière apprécieront les larges ouvertures qui leur permettent de s'asseoir sans se pencher, les sièges moelleux, l'espace aux jambes généreux et la présence de deux prises USB-C.  Malheureusement, ils ne trouveront aucune source de lumière au plafond.
Les passagers arrière apprécieront les larges ouvertures qui leur permettent de s’asseoir sans se pencher, les sièges moelleux, l’espace aux jambes généreux et la présence de deux prises USB-C. Malheureusement, ils ne trouveront aucune source de lumière au plafond.

Sur la route

Les essais du modèle électrique et de ses plus récents compatriotes l’ont montré : côté comportement sur route, il n’y a plus rien à craindre des productions “made in China”. Côté mécanique en revanche, rien n’est gagné, surtout lorsqu’il s’agit d’un mini-moteur suralimenté. MG n’est pas parti de zéro puisque c’est un 3 cylindres turbo de General Motors qui est mobilisé. Dans ce cas celui que le petit Opel Adam, remarquablement. Reste à savoir s’il suffira à déplacer un SUV de 4,32 m de long. En tout cas, le démarreur rassure par sa discrétion : les vibrations typiques de ce type de mécanique sont réduites, ainsi que le bruit lors des accélérations. De plus, l’embrayage n’oppose qu’une faible résistance et la commande de la boîte est à la fois bien guidée et ferme dans ses verrouillages. De quoi adopter une conduite zen, d’autant que l’amortissement est particulièrement pris en compte en toutes circonstances (malgré des petits soucis sur les routes départementales avec de nombreux nids de poule). En revanche, on remarque rapidement un manque de boost et pour cause : même s’il est atteint dès 1 800 tr/min, le couple maxi est limité à 160 Nm (contre 205 Nm pour un 1.2 PureTech de 100 ch).

Originaire de General Motors, le 3 cylindres 1.0 turbo offre une puissance respectable de 111 ch, gage de bonnes accélérations, mais son manque de couple et la longueur de la transmission obligent à jouer avec le levier de vitesse pour relancer correctement.
Originaire de General Motors, le 3 cylindres 1.0 turbo offre une puissance respectable de 111 ch, gage de bonnes accélérations, mais son manque de couple et la longueur de la transmission obligent à jouer avec le levier de vitesse pour relancer correctement.

Et avec un chauffeur à bord, le moteur a plus de 1 300 kg à tracter. N’hésitez donc pas à dépasser les 3 000 tr/min pour sortir rapidement d’un rond-point. Et ça empire sur les hubs principaux où la mise en scène ultra-longue de la diffusion vous coupe littéralement le souffle dans les trois derniers reportages. On se surprend donc à revenir en troisième position à 80 km/h pour emprunter une voie d’insertion, gravir une côte ou doubler un camion, alors que ses meilleurs rivaux parviennent à faire de même en restant quatrièmes, voire cinquièmes. Forcément, la consommation augmente en conséquence : on compte près de 8 l/100 km en moyenne selon nos relevés. A cela s’ajoute un comportement peu enthousiasmant : la tenue de route sereine et le freinage correct sont certes rassurants, d’autant plus que nous avons des pneus Michelin avec une bonne adhérence, mais la direction lourde et floue, le train avant qui n’est pas une barge et les mouvements de caisse importants gâchent le plaisir un peu. tour à tour. De plus, la MG n’est pas très facile à manœuvrer, avec un grand rayon de braquage et une mauvaise visibilité arrière…

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*