Match : Le MNM, Hakimi, Soler, 6 vainqueurs et 1 perdant après PSG/Haïfa

Le PSG a largement battu le Maccabi Haïfa (7-2) à domicile mardi soir, lors de la 5e journée de la phase de poules de la Ligue des champions. Le bilan en général est très positif, surtout au niveau offensif, mais l’attitude et la concentration sur coups de pied arrêtés laissent à désirer.

Gagnants

Le trio offensif

Christophe Galtier a reconnu que lorsque le « MNM » s’exprime comme il l’a fait face au Maccabi Haïfa (7-2) mardi soir, “C’est le Saint Graal pour un entraîneur”. Impossible de lui donner tort étant donné la copie quasi parfaite que les attaquants parisiens ont faite contre les Israéliens. Au-delà de leur implication directe sur les sept buts parisiens, Lionel Messi et Kylian Mbappé -auteur chacun d’un doublé et de deux passes décisives- ainsi que Neymar (buteur et décisif contre son camp de Sean Goldberg) ont évolué très proches l’un de l’autre.

Cette volonté de faciliter et de multiplier les échanges est l’une des principales causes de l’évolution récente du système. C’est aussi la principale satisfaction lors du bilan selon son entraîneur. “Nos trois attaquants ont été fantastiques. Il y avait un lien très fort entre eux, Galtier se réjouit. Quand tout le monde joue les uns pour les autres et pour l’équipe, ça véhicule une très bonne image. Donnez ce genre de fête. »

Interrogé sur les performances du trio offensif parisien, Barak Bakhar s’est dit séduit. “Je pensais qu’ils n’allaient tout simplement pas prendre de risques à l’approche de la Coupe du monde. Il nous manque, a plaisanté l’entraîneur du Maccabi Haïfa. Ils ont montré qu’ils étaient préparés et ont joué un match exceptionnel. Cela faisait longtemps que je ne les avais pas vus tous les trois jouer comme ça. » Pas de chance pour les Israéliens.

Achraf Hakimi

Bénéfiques à leurs coéquipiers dans la formation offensive, ces milieux de terrain virtuoses sont également une aubaine pour un certain Achraf Hakimi. Autre atout du fameux 4-3-1-2. “Nos cercles libèrent Hakimi, qu’on a peu vu à la fin du système à cinq, mais qu’on voit de plus en plus dans un rôle de contre-attaquant qu’il adore”Galtier a noté après la réunion.

Passeur décisif sur le cinquième but de Mbappé, le Marocain a une nouvelle fois parcouru son couloir avec générosité. Un scénario qui se répète dès le passage à un système qui semblait moins mettre en avant ses qualités de dévoreur d’espaces. S’il parvient à gommer la maladresse qui l’accompagne en ce moment en surface, son apport statistique pourrait monter.

René Sánchez

Les indices s’étaient mélangés quant à l’identité du médium qui abattrait le poste sentinelle en l’absence de Marco Verratti. Finalement, ce sont les Portugais qui y ont adhéré, et assez efficacement. Avec un style sobre, le milieu de 25 ans a signé une bonne partie sans fioritures. Efficace pour évacuer la pression adverse, il a réussi quelques interventions défensives importantes. L’ancien pensionnaire du LOSC a sans doute encore besoin d’accélérer son rythme mais son arrivée est sans doute le meilleur match qu’il ait signé depuis son arrivée au PSG. Surtout, il est proposé comme une alternative dynamique différente à la défense.

Carlos Soler

Seul buteur de la soirée en dehors des trois membres du « MNM » et du malheureux Goldberg, Carlos Soler est le remplaçant qui a le vent en poupe ces derniers jours. L’Espagnol a réussi à prendre sa place au milieu dans un soulagement de Sanches. En témoignent ses cinq interceptions en seulement 22 minutes de jeu.

Le polyvalent Soler ne s’est pas limité à défendre, et a accompagné à plusieurs reprises les offensives de ses coéquipiers. Une première tentative terminée juste avant le but de Josh Cohen, avant que l’international espagnol (11 sélections) n’ouvre son compteur sur une touche de l’incontournable Messi. Le clou du spectacle et une petite sortie pour un joueur peu utilisé depuis son arrivée en France.

Warren Zaïre Emery

Nuit de conte de fées pour la moitié des 16 ans. Le talent de la génération 2006 est devenu le plus jeune joueur de l’histoire du PSG à faire ses débuts en Ligue des champions. Le jeune tireur du centre de formation parisien a savouré 11 minutes de jeu, l’occasion de se distinguer avec quelques coups de balle prometteurs et l’envie de se projeter vers l’avant. Après Ajaccio vendredi dernier, la promesse parisienne récolte des minutes de jeu.

“D’après ce que Warren me montre à l’entraînement, et il l’a montré en Youth League et en préparation, il me paraissait important de lui envoyer un signal, à lui mais aussi aux jeunes, qu’on peut jouer pour le PSG si l’on ‘avoir la qualité et le sérieux nécessaires’a déclaré Christophe Galtier lors d’une conférence de presse. Belle démonstration de confiance de l’entraîneur parisien.

Christophe Galtier

Le PSG connaît sûrement son meilleur match de Ligue des champions dans cette campagne 2022-2023, le meilleur de l’ère Christophe Galtier. Avec un score très favorable à la pause, l’entraîneur parisien en a profité pour effectuer des changements un peu plus tôt que prévu alors que c’est l’entraîneur qui les fait durer dans la compétition. Carlos Soler lui rend la pareille en allant compléter le succès du PSG, Hugo Ekitike n’est pas loin non plus. L’entrée de Warren Zaïre-Emery envoie un bon signal aux jeunes. Un bon match à mettre au crédit de l’entraîneur du club de la capitale.

Perdants :

La défense du PSG sur coups de pied arrêtés

Le principal chantier du PSG est sans doute facilement identifiable par Christophe Galtier. Surtout compte tenu des deux buts encaissés mardi soir face à Haïfa. Tout commence par une erreur individuelle de Ruiz, comme on l’expliquait un peu plus haut, mais le constat d’un déficit à la fois défensif et offensif sur coups de pied arrêtés est bien réel.

“Je ne suis pas fâché, mais nous avons raté l’exigence en début de seconde période”, a déploré Galtier. Autant nous avons été rattrapés par le premier but du Maccabi -bravo-, autant nous avons manqué de rigueur par la suite pour ne pas relancer cette équipe. « Une très mauvaise manie qui s’est vue plusieurs fois cette saison et qui peut coûter cher dans les grandes soirées européennes de début 2023.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*