Les Bleues rajeunies dans le carré des favoris

L'entraîneur de l'équipe de France féminine de handball Olivier Krumbholz félicite la défenseuse Océane Sercien-Ugolin lors de la demi-finale de l'Euro 2020 entre la France et la Croatie à Herning au Danemark, le 18 décembre 2020.

Les champions olympiques ont enfilé le bleu d’échauffement. Onze mois après sa défaite fracassante (29-22) en finale de la Coupe du monde en Espagne face à la Norvège, l’équipe de France féminine de handball aborde le Championnat d’Europe, du 4 au 20 novembre, avec l’illusion de remporter un deuxième titre continental, après son sacre en 2018.

La quinzième édition de l’Euro se déroule dans trois pays de l’ex-Yougoslavie : la Macédoine du Nord, le Monténégro et la Slovénie, où se jouera la phase finale. Le tournoi a été avancé d’un mois pour éviter le chevauchement avec la Coupe du monde masculine. C’est l’avant-dernier grand rendez-vous international avant les JO de Paris : une Coupe du monde se déroulera en Scandinavie fin 2023.

L’équipe russe étant exclue de toute compétition internationale, les quatre favoris pour le Championnat d’Europe sont la France et les trois pays scandinaves (Suède, Danemark, Norvège). Depuis la victoire du Monténégro au Championnat d’Europe organisé en Serbie en 2012, le titre continental n’a pas échappé aux Bleus et aux Norvégiens. Titulaires et vainqueurs de la Coupe du monde 2021, ces derniers détiennent un palmarès inégalé de huit victoires en Championnat d’Europe.

A lire aussi : Article réservé à nos abonnés Mondial de handball : impuissants face aux Norvégiens, les Bleus se retrouvent en 2024

“C’est actuellement la meilleure équipe du monde”le juge Olivier Krumbholz, le technicien des Bleues, qui annonce « pointe vers la dernière case ». Il y a onze mois, lors de la Coupe du monde en Espagne, le Tricolore s’était clairement incliné en finale face aux Norvégiens (29-22), après avoir pourtant dominé la première mi-temps et marqué jusqu’à six buts d’avance. Face à une gardienne Silje Solberg en état de grâce (onze arrêts, dont sept de suite en seconde période), les Bleus avaient vécu un trou noir fatal dans le deuxième acte.

D’autres équipes peuvent-elles perturber l’hégémonie des quatre favoris ? “Il faut se méfier de l’Allemagne, que l’équipe de France se retrouve sur le chemin du tour principal”, estime Nodjialem Myaro, présidente de la Ligue féminine de handball et consultante de TF1. En match de préparation au Championnat d’Europe, les Français n’ont battu les Allemands qu’à deux reprises : 34-31 le 30 septembre à Metz, puis 30-29 le 2 octobre à Nancy.

Plus décisif au tir

Les deux autres plus gros succès, enregistrés ensuite contre la Pologne le 28 octobre à Cesson-Sévigné (33-26), puis le 30 octobre à Nantes (30-19), ont montré que la France pouvait toujours compter sur sa défense de fer. “La force des Bleus, c’est leur capacité à déployer différents types de défense, à plat ou en profondeur, en s’adaptant à leurs adversaires”, analyse Nodjialem Myaro. Cette stratégie nécessite une grande quantité d’énergie et est parfois déployée au détriment de l’efficacité de l’attaque. Pour prétendre remporter cette compétition, les Bleus devront être plus résolus au tir que lors de la Coupe du monde en Espagne.

lire aussi Article réservé à nos abonnés Coupe du monde de handball : Grace Zaadi, pilote de l’attaque bleue

Dans un sport où le mental est fondamental, les Français ont atteint les quarts de finale dans sept des huit compétitions internationales auxquelles ils ont participé depuis le retour aux manettes d’Olivier Krumbholz en 2016 (il avait déjà dirigé l’équipe de France de 1998 à 2013). ). Pourtant, la compétition s’annonce très serrée.

« Il n’y a plus d’équipes moyennes. Le handball étant avant tout un sport européen, gagner un Championnat d’Europe est tout aussi difficile, sinon plus, que gagner une Coupe du Monde., développe Olivier Krumbholz. Tout retard dans la mise sous tension est interdit, car les points gagnés lors du tour préliminaire compteront pour le tour principal et donc la qualification pour la finale à Ljubljana, en Slovénie.

En cours, les Pays-Bas, la Roumanie et l’Espagne, voire la Hongrie, semblent également susceptibles de jouer les trouble-fête. Les deux premiers sont dans le groupe C, celui de la France. “Avec Cristina Neagu, la Roumanie a la meilleure joueuse du monde, et [l’équipe des Pays-Bas] C’est une équipe jeune qui a une belle force offensive en attaque », détaille le technicien des Bleues. La Macédoine du Nord semble être l’équipe la plus faible du groupe C, mais elle aura l’avantage d’accueillir la France à domicile pour le premier match le 5 novembre dans la salle omnisports Boris-Trajkovski de Skopje et ses 6 000 places.

lire aussi Article réservé à nos abonnés Béatrice Edwige, rempart incontournable du handball français

C’est une équipe de France rajeunie qui aborde ce match par rapport à celui qui a décroché l’argent au Mondial en Espagne. Allison Pineau, 33 ans, n’a pas été appelée dans l’équipe et, en raison de la blessure de Méline Nocandy, Olivier Krumbholz confiera à Tamara Horacek plus de responsabilités en tant que meneuse de jeu.

La blessure de Laura Glauser va aussi lui permettre de tester deux jeunes gardiennes du plus haut niveau, Floriane André (22 ans), qui évolue à Nantes, et Messina Camille Sinceet (24 ans). L’entraîneur a également décidé de donner une chance à la joueuse de Besançon Audrey Dembélé (21 ans) au poste d’arrière gauche et de faire appel à Déborah Lassource (23 ans) au poste d’arrière droit. Quant à la défenseure centrale Léna Grandveau (19 ans), elle pourrait profiter du nouveau règlement, qui permet désormais à un groupe de vingt joueuses de tourner sans limites.

le calendrier bleu

Tour préliminaire (à Skopje, Macédoine du Nord) :

Samedi 5 novembre : France-Macédoine du Nord (18h00, à Skopje)

Lundi 7 novembre : Roumanie-France (20h30, à Skopje)

Mercredi 9 novembre : France – Hollande (20h30, à Skopje)

Visite principale (à Skopje, Macédoine du Nord):

En cas de qualification, la France affrontera les trois classés du groupe D, composé de la Pologne, l’Espagne, le Monténégro et l’Allemagne, au second tour. Matches les 11, 13, 15 ou 16 novembre (selon classement du tour préliminaire).

Phase finale (à Ljubljana, Slovénie) :

Les demi-finales et la finale auront lieu les 18 et 20 novembre.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*