Impôts sur le revenu : découvrez si vous serez assujetti à l’impôt en 2023 !

Chaque année, Bercy dévoile les nouveaux seuils de perception de l’impôt sur le revenu. Grâce à celles-ci, de nombreux Français peuvent voir, selon leur situation familiale, s’ils font partie de la foyers imposables. De plus, il y a un peu de changement pour l’année qui suit en 2023. En effet, comme le barème à l’impôt progressif sur le revenu, les chiffres sont revalorisés de 5,4 %. Et ce à partir du 1er janvier 2023. En raison de l’inflation fulgurante sur le territoire français ainsi que le projet de loi de finances pour 2023. Alors avec ce nouveau barème et de nouveaux seuils d’imposition, faites-vous partie des Ménages français soumis à l’impôt en 2023 ? On vous explique tout ici !

L’inflation sur le territoire français

Après une année 2022 difficile et des prix qui ont connu des hausses sans précédent, les Français cherchent à revenir à la norme. Sachez alors que, plus d’un an, l’inflation a atteint 5,6 %. Et ce, selon la dernière estimation provisoire de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee, septembre 2022). Un chiffre jamais vu auparavant. Ce chiffre a eu un impact astronomique sur la vie des Français. Parmi les produits alimentaires, le prix de l’énergie, le coût du transport, etc. Ainsi, pour éviter que les contribuables paient encore plus impôt sur le revenu en 2023à cause de hausse des prixBercy a donc pris la décision de mettre à jour tableau de l’impôt sur le revenu. Et ce, de 5,4 %.

Cette revalorisation fait donc partie du projet de loi de finances pour 2023. Mais surtout, il a été approuvé, sans vote, à l’Assemblée nationale le 19 octobre. Et ce, grâce à l’article 49, section 3 de la Constitution par le gouvernement Borne. Même si cette revalorisation est une bonne nouvelle pour les Français, il reste à voir qu’elle coûte cher. En effet, pour les finances publiques, le coût de cette réévaluation semble estimé à 6 200 millions d’euros.

Les tranches de l’échelle connaîtront une revalorisation

Plus précisément, le différent tranches de échelle progressive l’impôt sur le revenu sera revalorisé à 5,4 % au 1er janvier 2023. Et ce, que ce soit au barème de 11 %, 30 %, 41 % ou 45 %. Ainsi, pour donner un exemple précis, l’entrée dans la tranche de 30 % ne se fera plus comme en 2022 à partir de 26 070 euros. Mais à partir de 27 478 euros. Ainsi, les contribuables dont les revenus n’ont pas bougé cette année. Ou qui ont connu une hausse de moins de 5,4% par rapport à 2021, Faire des économies. Et ce, au niveau de l’impôt sur le revenu des particuliers au printemps prochain. Et ce, comme l’avaient expliqué nos confrères de Capital lors de la présentation du projet de loi de finances publiques26 septembre.

Pour donner un exemple, un célibataire qui percevait 30 000 euros de salaire en 2021 a payé cette année 2 022 euros d’impôt sur le revenu des personnes physiques. Et ce, grâce à la revalorisation du barème. Mais aussi le fait que son salaire n’a pas augmenté en 2022. Ainsi, le montant de votre impôt sur le revenu à payer au printemps 2023 sera ramené à 1 785 euros, soit une économie de 237 euros. aide cruciale qui fera la différence pour de nombreux foyers français en ces temps difficiles.

Une revalorisation pour 2023 ?

Bien que ce soit une bonne nouvelle pour les contribuables, des questions subsistent quant à différents montants sur l’échelle. Ou, à partir de quel montant de revenus un foyer fiscal devient-il imposable ? Il convient alors de noter que toutes les réponses dépendent de la situation familiale du demandeur. Ainsi, pour aider les personnes dans le doute, Bercy a décidé de publier, chaque année, les seuils d’imposition dans sa brochure pratique sur le compte de résultat. Et comme expliqué, les seuils suivront également la réévaluation de 5,4 % en janvier 2023.

Surtout, il convient de noter qu’il existe une réelle différence entre les seuils d’imposition et les seuils de perception. Notez la définition d’un foyer fiscal. Par conséquent, nous appelons toutes les personnes inscrites dans le même foyer fiscal déclaration d’impôt. Ce ménage peut alors être imposable mais ne pas nécessairement payer d’impôt sur le revenu. Vous vous demandez probablement pourquoi. Alors il faut savoir qu’en dessous de 61 euros d’impôts à payer, le fisc ne peut rien prélever. Par ailleurs, pour Bercy, à hauteur de ce montant, le coût de la collecte semble être beaucoup plus important que le bénéfice.

Seuils d’imposition en 2023

Pour cette raison, nos confrères de Capital ont décidé de vous présenter les seuils de reprise. Ceux à utiliser à partir du 1er janvier 2023. Cela implique les seuils réels à partir desquels un ménage paie son impôt sur le revenu. Bercy utilise les termes “ Revenu net imposable ». La direction générale des finances publiques (DGFiP) souligne que « Le revenu net imposable est le revenu soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu. ».

Il faut savoir que c’est le revenu net imposable qui entre dans le calcul du montant que les ménages doivent payer en impôts. Pour rappel, le revenu net imposable est obtenu après application Abattement de 10% pour frais professionnels. Ou même la déduction des frais réels. N’oubliez pas non plus que vous devez en déduire certains frais. Et ce, comme le versement de pensions alimentaires, voire d’allocations spéciales. Quant aux avantages spéciaux. Il en existe pour les personnes âgées, handicapées ou encore pour un enfant à charge ayant fondé un foyer séparé.

Seuils de déduction de l’impôt sur le revenu en 2023

A noter également qu’une personne seule devra s’acquitter de l’impôt sur le revenu des personnes physiques à partir de 16 388 euros de revenu net imposable. Et ce, dès 2023. En effet, avec une telle assiette fiscale, un célibataire est imposé par tranche à 11% sur 5 611 euros. Et celui-là, selon l’application du barème de l’impôt sur le revenu. Ainsi, suivant cet exemple, le montant de l’impôt sur le revenu des personnes physiques est de 617 euros. Ce chiffre est calculé en multipliant 5,611 par 0,11.

En revanche, lorsque le montant de l’IR est faible, c’est-à-dire inférieur à 1 839 euros en 2023, Bercy applique un mécanisme de décote. Et ce, comme l’explique Bercy, quel que soit le nombre d’acomptes provisionnels des ménages. A noter alors que cette décote équivaut à la différence entre 833 euros, chiffre prévu pour 2023, et 45,25% de la taxe. Ainsi, cela équivaut, pour une personne seule, à un montant final à débourser de 554 euros. Le montant est obtenu en faisant le calcul suivant : 833 – 279 (617 x 45,25/100). Pour apporter une précision, un salaire déclaré de 18 208 euros correspond à une assiette fiscale nette de 16 388 euros. Et ce, en tenant compte du fait que le contribuable applique une réduction de 10%. Les frais professionnels par exemple.

calcul de l’impôt sur le revenu

Pour donner un autre exemple, nous pouvons utiliserun couple avec deux enfants. Ce qui signifie trois parties du quotient familial. Ainsi, le paiement de l’impôt sur le revenu commencera l’année prochaine. Et celui-ci, à 41 354 euros d’assiette fiscale. A titre indicatif, cela signifie un revenu déclaré de 45 948 euros. Ainsi, pour calculer l’IR, il faut diviser par trois le revenu net imposable du foyer. Soit donc 13 785 euros. Comme vous le savez, ce chiffre est donc soumis à la échelle progressive.

De plus, ce même foyer sera donc taxé à 11% sur 3 008 euros (13 785 -10 777), soit 331 euros. Par conséquent, pour obtenir le montant de la taxe sur le revenu final, le résultat doit donc être multiplié par trois. Ce qui représente donc 993 euros. Sachant que ce montant est encore faible, alors le ménage pourra également bénéficier de la mécanisme de remise Bercy l’a souligné. Un système marquera la différence entre 1.378 euros, un chiffre prévu pour 2023, et 449 euros (993 x 45,25%). Au total donc, on peut calculer 929 euros. Pour conclure, pour ce couple, le montant de l’impôt sur le revenu il passera à 929 euros en 2023.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*