Fofana-Tchouaméni, les yeux fermés / Mondial 2022 / Gr. D / France / SOFOOT.com

En janvier 2020, l’AS Monaco décide de se reconstruire autour d’un double pivot incarné par deux paris : Aurélien Tchouaméni et Youssouf Fofana. Plus de deux ans plus tard, le premier attaque le Real Madrid en justice et le second reste un poumon essentiel pour l’ASM, mais les deux hommes sont surtout attendus pour donner le coup d’envoi de la Coupe du monde au coeur de la communauté des Bleus lundi. Retour sur la création d’une paire qui pourrait vite redevenir précieuse.


Modifié

Il y a d’abord eu un casse-tête épars et des chiffres épars : 21 matches de championnat disputés pour seulement huit succès mineurs, 36 buts marqués et autant encaissés, faisant de l’AS Monaco le top 18.moi Défense de Ligue 1, plus de 70 joueurs sous contrat et quasiment tous les schémas de jeu testés. Ensuite, il y a eu le casse-tête de trouver comment et surtout avec qui assurer une ligne défensive de plus en plus poreuse. Le 29 janvier 2020, l’ASM, treizième du championnat et récupérée par Roberto Moreno après Noël, va mal, et dans les hautes sphères princières c’est l’heure à la fois d’un sauvetage du mobilier de la saison en cours et d’une projection efficace dans le avenir. L’objectif est clair : arrêter de foirer et trouver deux jeunes joueurs capables de former un nouveau double pivot cohérent à la manière du duo Fabinho-Bakayoko de 2017, soit un savoureux mélange d’impact à la récupération et de variété dans le ballon. balle au pied . « La réussite lilloise et son double pivot solide a aussi été une source d’inspiration » a décrypté dans les pages du livre l’ancien responsable de l’analyse de jeu de l’AS Monaco, Adrien Tarascon, aujourd’hui affecté au LOSC. Comment gagner un match de foot ? « Dans ce Monaco, il nous fallait un double pivot capable d’offrir un gros volume de récupérations tout en ayant des qualités complémentaires et faciles à développer dans l’utilisation du ballon. » Les élus ? Aurélien Tchouaméni, 20 ans, et Youssouf Fofana, 21 ans : deux éclairs qui ont frappé le Rocher le même après-midi début 2020, l’un atterrissant à Bordeaux et l’autre à Strasbourg, et qui, un peu moins de trois ans plus tard, pourraient font leurs débuts ensemble au milieu du décor de film d’action préféré des hommes en talons : un match de Coupe du monde. Il y a plus de sauts ratés.

“On a réussi à construire une alchimie”

Pourtant, le premier plongeon du duo à Monaco n’a pas été aussi fluide, car si Fofana a eu l’occasion de marquer des points avant que le championnat ne soit interrompu par la pandémie, Tchouaméni a dû s’armer de patience et manger des miettes (65 minutes) jusqu’à l’arrivée de Niko Kovač lors de l’été 2020. Le barreur rouennais souriait encore, jeudi, à l’évocation de ces moments de découverte : “On a signé le même jour, moi à 22h, lui peut-être à 22h30. Nous sommes de la même génération, nous avons les mêmes intérêts, nous vivions ensemble à l’hôtel, donc nous nous sommes rapprochés très rapidement. Et derrière nous, on a appris à jouer ensemble, à comprendre les mouvements de l’autre, on a réussi à créer des liens, à construire une alchimie sur le terrain qu’on a pu voir en Ligue 1. La connexion a été progressive, mais très vite concluante lorsque, suite à une gifle reçue à Lyon, Kovač a décidé de faire des deux poumons français le réacteur de son système de basculement d’un 4-4-2 en phase défensive à un 3-4-2. -1 en phase offensive. Avec ce nouveau costume, l’AS Monaco termine la saison 2020-2021 sur le podium de la Ligue 1 avec Aurélien Tchouaméni confirmant sa réputation de tyran (deuxième meilleur plaqueur des cinq grands championnats européens derrière Laurent Abergel et devant Benjamin André, deuxième en tentative tacles). dans les derniers tiers opposés) ajouté à celui d’un maître pour casser les contres adverses avec la passe et la facilité de Youssouf Fofana à glisser son nez entre les lignes un cran plus haut.

Actuel adjoint de Luka Elsner au Havre, Serge Costa, qui a accompagné bon nombre de Bleus en parallèle de sa carrière d’entraîneur, notamment Matteo Guendouzi, Benjamin Pavard et Jules Koundé, comme coach de développement des joueurs – soit un consultant extérieur au club contacté pour “aider le joueur à combler ses lacunes, le rendre plus fort, plus rapide, plus rentable, plus efficace, plus pragmatique, plus intelligent” – Rien n’a été oublié sur votre collaboration avec l’ancien sosie monégasque. De Fofana, il dit : « J’ai rencontré Youssouf à l’été 2017, lors de son arrivée à Strasbourg. A cette époque, j’étais adjoint de l’entraîneur du CFA2 et directeur du centre de formation, François Keller. C’est un garçon qui, plus jeune, a quitté Clairefontaine sans signer dans un club professionnel et a toujours eu une profonde envie de réussir. Sa progression a été un peu plus irrégulière, il a dû digérer les étapes de son succès, mais nous avons tous les deux travaillé sur où et quand casser les lignes adverses et la technique de frappe. Son but marqué avec Strasbourg contre Lille en Coupe de la Ligue, c’est exactement ce sur quoi on avait travaillé : chercher un tir au rebond, à l’entrée de la surface plus qu’en surface, raccourcir la course… On a aussi étudié les projections de Pogba ou la façon de presser d’Idrissa Gueye, par exemple . »

Le cas de Tchouaméni est différent. “Complètement, mêmeCosta continue. Aurélien m’a été présenté par son agent Jonathan Kébé. Il m’avait déjà fait travailler avec Jules Koundé. Aurélien a toujours été très clair dans ses intentions. Comme tout le monde, il est venu me voir pour être plus efficace à son poste, plus régulier dans toutes les phases de jeu, pour faire encore plus mal dans le dernier tiers adverse. Nous n’avons jamais eu de limites. Nous intervenons dans la création, la construction, la finition. On s’est particulièrement concentré sur son jeu de tête durant l’été 2020. Comme il est obsédé par les détails qui peuvent l’améliorer, il voulait améliorer sa régularité et on s’est beaucoup concentré sur le timing de son jeu de passe et ça a payé. Il a marqué plusieurs buts comme ça. » Dont une, en mars dernier, avec les Bleus, face à la Côte d’Ivoire (2-1).

L’ordinateur et le truffier

Interrogé fin 2020, Niko Kovač n’a pas hésité à faire l’éloge de deux garçons «Puissants, techniquement très bons et ils défendent très bien. Ils ne ferment pas les yeux quand vous leur montrez des choses. S’ils restent sains d’esprit, ils auront une belle carrière. » Au jeu des différences, Serge Costa, qui un temps a pu pousser très loin son travail avec Tchouaméni grâce au soutien d’Adrien Tarascon, se lance : « Aurélien est le régulateur du duo, celui qui va tout organiser pour vous. Il est fort en verticalité, fort en transition et possède une intelligence de passage exceptionnelle. Youssouf, il aime plus les percussions, c’est un agitateur. C’est un joueur qui peut faire des ravages sur les blocs de votre adversaire. Ce sont deux profils qui se marient parfaitement et qui pourraient même épouser celui de Matteo Guendouzi. On peut imaginer un Aurélien à 6 ans, Matteo entre les deux, Youssouf un cran plus haut, et ce serait cohérent dans l’animation. » Ce que l’on sait, pour l’instant, c’est qu’après son excellente saison 2020-2021, l’attaquant Youssouf Fofana, souvent magnifié par son association avec ordinateur Aurélien Tchouaméni, aujourd’hui au Real Madrid, l’ont confirmé. Ils se sont même retrouvés ensemble dès le début avec les Bleus, face à l’Autriche (2-0), en septembre, lors d’une soirée où Fofana, qui sait aussi mordre et dont les chiffres -deux buts et neuf passes décisives en 115 matchs avec le ASM- Ne pas tout dire sur sa capacité à combiner en une touche ou à compenser les mouvements des attaquants, il a vécu sa première.


Situé à côté de Tchouaméni dans un 3-4-1-2, on l’a vu très à l’aise sans ballon pour compenser les mouvements de Griezmann, comme ici…


… avant de devenir un joueur de couverture presque un passeur décisif pour Tchouaméni, qui est sorti pour se projeter.


On a pu aussi le voir intelligent dans les zones de partage avec Kylian Mbappé…


… avant d’être touché derrière la ligne de pression adverse.


Ce sera également le cas dans la séquence qui fait 2-0.

Interrogé en septembre, Tchouaméni avait fait part de sa joie de s’amuser à nouveau avec Fofana. S’ils s’alignent à nouveau face à l’Australie, les deux amis s’aligneront cette fois dans une autre animation : un 4-3-3 ou un 4-2-3-1 version Russie 2018 où le troisième milieu de terrain devrait normalement être Adrien Rabiot. La vérité est qu’en l’absence du duo Kanté-Pogba, leur présence au même endroit au même moment permet à Didier Deschamps de gagner du temps et d’avoir un duo déjà fiable. Sera-ce en Coupe du monde ? Suite du puzzle à suivre.

Par Maxime Brigand, à Doha

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*