Euré. Elle parle de son combat contre le cancer du sein à l’occasion d’Octobre Rose

ré
A Bois-Jérôme-Saint-Ouen (Eure), Martine apprend à 67 ans qu’elle a un cancer du sein. Elle revient sur cet événement pour sensibiliser les femmes au dépistage du cancer du sein. Un soutien-gorge arrondi permet de restructurer votre silhouette. ©Le démocrate

Après chaque mammographieMartine quitte lehôpital, le cœur joyeux : « C’est bien, ils n’ont rien trouvé ! », avait l’habitude de lâcher son mari, soulagé. ” J’étais confiant mais c’est toujours stressant pour mener à bien ce contrôle », reconnaît-il.

Mais un jour de novembre, en 2017les images prises par le radiologue annoncent beaucoup plus sombre. « Après la radio, j’ai fait une échographie qui a révélé un carcinome envahissant et une biopsie a confirmé la présence d’un cancerdit la mère de famille.

Ce jour-là, Martine ne rentrera pas à la maison, Bois-Jérôme-Saint-Ouen (Eure), avec une bonne nouvelle “On tombe de très haut”, dit-elle.

ablation des deux seins

« anéanti», Martine peut compter sur Services hospitaliers qui orchestre ça cicatrisation : Rapidement, elle est convoquée auHôpital Becquerel un Rouen (Seine Maritime) et passe sur la tableopération par un ablation sein gauche total, où deux tu meurs Avait développé.

En janvier, ils lui ont dit qu’ils devraient l’opérer à nouveau, cette fois au sein droit : « Les médecins avaient vu une troisième tumeur.

Malgré l’ablation de ses deux seins, la mère de famille se dit soulagée. Au moins, il n’y aura plus de problèmes, se dit-elle.

Un engin qui a duré 10 mois.

Au terme de ces opérations, Martine est piégée dans une spirale qui va durer 10 mois. En février 2018, il démarre une chimiothérapie qui le met le chaosdès la première séance.

Vidéos : actuellement sur Actu

« J’étais épuisé. Au bout de 10 jours, j’ai perdu mes cheveux. »

Martine, atteinte d’un cancer du sein

A chaque séance, il porte un casque qui refroidit jusqu’à -30°C. “Il est censé stimuler la croissance des cheveux une fois le cancer éradiqué”, explique-t-il. pour éviter le trémie depuis clousun vernis spécial est donné et des gants doivent être mis.

Son quotidien est marqué par ses allers-retours à l’hôpital Becquerel, ses longues siestes, ses migraines sévères et ses efforts.

Un magnétiseur pour soulager la douleur.

“Il y a des moments où tu ne sais plus où tu habites”, admet-il. pour soulager votre Souffranceelle appelle coupe-feu.

“Je n’avais jamais essayé mais ça m’a fait du bien. »

Martine

Firewalls, grâce à sa pratique de magnétismesoulager les patients dans leurs sensations de Brûlures. Aujourd’hui, ils entrent dans les hôpitaux publics, notamment pour opérer des patients en chimiothérapie. Martine va beaucoup mieux, même si ses mouvements sont limités.

“Mes mouvements étaient limités”

La fée de la maisonSi méticuleuse avec l’entretien de sa maison, elle apprend à ralentir en suivant les recommandations du médical.

« Depuis qu’ils ont retiré les nœuds de mon bras, je n’ai pas trop besoin de bouger. Mes mouvements se limitaient à manger, me laver et m’habiller. »

Martine

La mère apprend à déléguer à son mari. “Il a tout fait”, dit-elle.

S’accrocher à ses petits moments de bonheur.

Bien que le cancer la plonge dans le chaos, Martine s’accroche à ses petits moments de félicitéqui permettent d’oublier maladies. Tous les mardis, il continue de chanter avec la chorale Les Copains d’abord de Gasny.

« J’ai commencé à participer à la chorale en septembre 2017, juste avant que mon cancer n’éclate. Il ne voulait pas renoncer à ce plaisir. Chanter et voir des gens me faisait du bien. J’en avais vraiment besoin. »

Martine

« Nous perdons des gens en cours de route »

En effet, depuis l’annonce de son cancer, les appels téléphoniques de ses proches se font rares.

« Les gens avaient peur de m’appeler de peur d’entendre de mauvaises nouvelles. »

Martine

Ainsi pendant son combat, Martine perd certains de ses amis. N’a pas d’importance. Se concentre sur ce qui est important : famille.

« Je voulais sortir de ça pour voir grandir mes petits-enfants. »

Martine

De plus, chaque mercredi, elle continue de s’occuper de son petit-fils.

Un rituel pour se sentir mieux

Après la chimiothérapie, Martine continue les séances de radiothérapie jusqu’en août 2018. Impatiente de retrouver ses cheveux, elle s’enferme tous les soirs dans sa chambre pour accomplir son petit rituel : massage à l’huile de ricin. “On m’a recommandé d’utiliser cette huile car elle aide à stimuler la croissance des cheveux.”

Impossible de rater ce “petit rituel du soir”. “C’était comme un réconfort. J’en avais besoin pour me calmer. C’était devenu un automatisme”, avoue-t-elle. Puis un jour, elle n’en a plus eu besoin. Pour Martine, c’était un signe de guérison, tant physique que psychologique. .

“On ne se rend pas compte de la chance qu’on a d’être en bonne santé”

En août 2018, Martine a eu sa dernière séance de radiothérapie. Il lui a fallu 10 mois pour se remettre de ce cancer. Presque une grossesse. C’est le temps nécessaire pour renaître de cette épreuve et marquer le premier jour du reste de votre vie.

« Quand on n’a jamais été malade, on ne se rend pas compte de la chance qu’on a d’être en bonne santé. Maintenant, je trouve le bonheur dans les choses simples de la vie. »

Martine

Parmi “leurs choses simples” : il y a les séances de Gym’Après Cancer, organisées par l’association BESS 27. Ces femmes, qui ont subi les mêmes tests. Les amis qu’il a perdus en chemin sont déjà loin.

Avez-vous trouvé cet article utile? Sachez que vous pouvez suivre Le Démocrate Vernonnais dans l’espace mes nouvelles . En un clic, après votre inscription, vous trouverez toutes les actualités de vos villes et marques préférées.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*