Coupe du monde féminine – Madoussou Fall et Romane Ménager avaient montré la voie, Maëlle Filopon et Caroline Drouin se manquent… Notes bleues

Collectivement, le XV de France féminin a fait plus que rivaliser avec les Blacks Ferns. Mais certaines erreurs individuelles coûtent finalement très cher et les privent de la finale. Cependant, le pack d’attaquants d’Azul a réalisé une performance quatre étoiles.

15. Émilie Boulard : 3/10

Courageux dans la grande attaque des Blacks Ferns (32moi) de la première mi-temps, elle ne s’échappe pas au poste de dernière défenseure et anéantit l’attaque. En revanche, trop près de son ailier, il n’a rien pu contre l’essai de Fluhler (36moi). Au lieu de cela, elle se fait dépasser par le latéral Tui, et perd le contrôle du ballon dans l’en-but du deuxième (43moi). Coupable d’un ballon au sol qui aurait pu coûter cher (48moi), il a rebondi en fin de match dans son jeu de placement et de coups de pied. Sanctionné une nouvelle fois pour jeu au sol (73moi), elle ne savait pas comment être la relèveuse qu’on avait vue contre les Italiens en quart de finale.

14. Joanna Grisez : 4/10

Bon début en battant deux défenses (7moi). Peu de ballons pour jouer en bonne position, mais sur une de ses rares occasions, il ne prend pas de vitesse devant malgré un bon décalage (52moi). Oublie de nettoyer sur une bonne action d’automne (54moi) qui est pénalisé en conséquence.

Coupe du monde féminine - Joanna Grisez (XV de France) s'éloigne de Kendra Cocksedge (Nouvelle-Zélande)

Coupe du monde féminine – Joanna Grisez (XV de France) s’éloigne de Kendra Cocksedge (Nouvelle-Zélande)
Icône Sport – Images PA

13. Maëlle Filopon : 4/10

Un match assez ennuyeux, pour qui jusqu’alors était la reine des “téléchargements”, passe après contact. Maëlle Filopon se concentrait sur des tâches sombres. Elle aurait pu être la héroïne du match lors de la dernière offensive française (80moi) mais au final, elle “récolte” un deux contre un dans une tentative qui semblait prête. On attendait plus d’une fille qui avait plutôt bien réussi sa Coupe du monde jusqu’ici.

12. Gabrielle Vernier : 7/10

Plaqueuse infatigable, Gabrielle Vernier est appelée pour un tacle offensif de manière un peu dure. Bon call avec un bon run qui termine l’action de la seconde tentative (40moi) des Français. La Blagnacaise de la région parisienne a réussi un match complet. Elle a résisté au duo néo-zélandais Fitzpatrick-Fluhler.

11. Ménage marin : 4/10

Peu utilisée offensivement, elle a surtout regardé Ruby Tui et a essayé de ne pas se faire prendre à l’extérieur, même si comme ses deux autres copines du triangle arrière, on l’a trouvée trop près des centres en défense. Remplacé par chloé jacquet (64moi).

10. Caroline Drouin : 4/10

Dommage que ses imprécisions dans son jeu au pied gâchent sa prestation. Une clé introuvable (12moi) penalty, un tir direct sur le latéral (25moi), une référence directe (34moi). Mais balle en main, il a bien piloté et joué dans le bon tempo. Toujours bien positionnée au deuxième ou troisième écran, elle a bien alterné pied et main. Elle a également eu le ballon pour la finale, sur la plante du pied. Bien placé, sa tentative de penalty, à 35 mètres dans les dernières secondes, a été largement ratée. Son jeu de coup de pied gâche vraiment son record.

9. Pauline Bourdon : 5,5/10

Parfois brouillonne sur les sorties de ruck, Pauline Bourdon a cependant été une bonne courroie de transmission entre les avants et les trois-quarts. Une petite gourmandise (5moi), dans le premier long métrage des Bleues ou à un mètre de la ligne, jouer la ligne au lieu de tirer quand l’excès semblait l’emporter. A son crédit, malgré une énorme bouffée d’énergie, il a constamment ou presque toujours gardé la tête froide dans le choix de ses jeux.

7. Charlotte Escudero : 6/10

Auteur d’une très grosse entame de match, précieuse dans les scratchs (11moi25moi), a semblé souffrir physiquement après une demi-heure de jeu, et s’est repris en seconde période, avec des courses précises, un jeu de jambes très habile (68e). Un jeu au sol illégal (76moi) trouble votre équilibre. Avec 21 plaqués, il termine juste derrière Madoussou Fall au nombre de réalisations.

8. Ménager romain : 8/10

Pour son retour, après son choc face à l’Angleterre, le troisième défenseur central a réalisé un très gros match. Conclut le penalty français (23moi), tous au pouvoir. Sa capacité à piloter près des rucks a apporté une vraie valeur ajoutée. C’est elle, encore une fois, qui a redonné espoir avec une deuxième tentative, où elle a résisté à trois défenses (65moi). Elle a été impeccable du début à la fin.

6. Gaëlle Hermet (ch.) : 7/10

Pénalisée une fois en position de tacle, la capitaine des Bleus a été la propriétaire de l’air en touche et toujours le premier soutien de sa troupe. Il a aussi donné l’exemple en défense, en tacle, en essayant de récupérer des ballons au sol. Toujours lucide dans ses interventions. Quelle activité ! Il méritait de commander les Bleues pour la grande finale.

5. Chute de Madoussou : 8/10

Quelle défense ! 100 %. 22 tacles tentés sur 22. De la première seconde du match à la dernière de sa présence sur le terrain, il a sauté aux jambes de la Nouvelle-Zélande. Il capte un ballon dans son en-but pour sauver un essai (33moi). Elle était au four et au moulin surtout quand Bleu n’avait pas le ballon. Offensivement, à chaque fois qu’il recevait le ballon, il essayait d’avancer ou de botter le premier. Remplacé par Safi Ndiaye – Le meilleur de Safi (62moi), auteur d’emblée d’une percussion tranchante qui amène le deuxième essai de Ménager mais aussi d’un tacle haut synonyme de carton jaune (69moi).

4. Céline Ferer : 6/10

Un peu moins en vue que sa partenaire de deuxième ligne, Céline Ferer présente des statistiques de course et de tacle dignes d’une troisième ligne. Surtout, dans les mauls, il était là pour nettoyer et améliorer les sorties de balle. Remplacé par Marjorie Mayas (66moi) qui vole un ballon au premier tir (71moi).

Coupe du monde féminine - Céline Ferer s'est révélée inestimable dans tous les secteurs.

Coupe du monde féminine – Céline Ferer s’est révélée inestimable dans tous les secteurs.
Dave Lintott / Icône Sportive – Dave Lintott / Icône Sportive

3. Clara heureuse : 5,5/10

Suspendue en deux manches serrées (un penalty et un coup franc), elle a beaucoup taclé (13) et a été impeccable dans ses interventions offensives. Remplacé par Khalfaoui (cinquantemoi), auteur de deux gros et importants forfaits dans les offensives néo-zélandaises (56moi74moi) qui a permis aux Françaises de rester dans le match.

2. Agueda Sochat : 6,5/10

Un très gros match dans l’engagement d’Agathe Sochat, même si elle manque quelques tacles (4). Elle a été précise dans les fondamentaux du poste (lancers et mêlées) et n’a jamais manqué physiquement ses interventions offensives. Victime d’un tacle haut (80moi), qui aurait dû générer la sanction de gagner.

1. Annaëlle Deshaye : 7/10

Un bon effort de mêlée qui enfreint la règle de son adversaire (2moi). Très belle activité dans le jeu, où ses appuis et percussions ont été efficaces. Vaillant en défense, est complété par Coco Lindelauf (56moi) qui a été pénalisé pour une mêlée serrée et est sorti en larmes dix minutes plus tard, touché au genou.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*