Club : Mbappé, Neymar, Bernat, etc., 4 vainqueurs et 3 perdants après Juventus/PSG

Le PSG a remporté la Juventus au forceps mercredi (2-1). Le club de la capitale s’est appuyé sur le talent de Kylian Mbappé, particulièrement mis en valeur durant le match. Plusieurs joueurs ont marqué des points, d’autres ont également pris du retard lors de ce match important.

Gagnants :

Kylian Mbappé

Si le PSG a gagné en terre piémontaise, il peut remercier Kylian Mbappé. Buteur et passeur décisif, l’attaquant parisien a une nouvelle fois démontré sa passion pour les grands rendez-vous européens. D’abord en mettant les siens sur la bonne voie avec un objectif qu’il crée de toutes pièces. Puis en servant à Nuno Mendes quelques secondes après que ce dernier soit entré en jeu pour permettre à Paris de s’imposer.

Offensivement, le PSG peinait à créer des situations et les lueurs ne semblaient venir que des pieds de l’ancien pensionnaire de l’AS Monaco, particulièrement en forme. En l’absence de Neymar et avec un tout petit Lionel Messi en vue, le Français a assumé ses responsabilités.

marquinhos

Le capitaine du PSG se voyait comme un leader sur le terrain de la Juventus. Débutant aux côtés de Sergio Ramos, le Brésilien a réalisé une belle performance qui est sûrement la plus réussie de sa saison jusqu’à présent. Le défenseur parisien a signé quelques gestes défensifs de haut vol comme sa superbe intervention sur le jeune Miretti, seul dans la surface. Si hier le PSG a tenu bon en défense et n’a encaissé qu’un but de la Vieille Dame, Marquinhos n’y est pas pour rien.

Nuno Mendès

Remplaçant au coup d’envoi et encore trop court pour disputer un match complet, le Portugais a réalisé un tacle sensationnel. Après 50 secondes sur le terrain, le joueur de 20 ans a permis à un PSG offensivement stérile de prendre les devants. Le contraste de dynamisme, de vitesse et de percussion est énorme avec Juan Bernat. Défensivement, la fin de match a été un peu plus difficile pour lui, mais l’ancien pensionnaire du Sporting est en passe de reprendre rapidement sa place et de renvoyer son concurrent direct sur le banc.

Neymar

S’il n’était hier ni sur le terrain ni sur le banc, le leader technique brésilien a beaucoup manqué au PSG. Sans lui, les Parisiens ont eu du mal à jouer et à créer des situations. Remplacé par un Carlos Soler bien plus difficile à trouver entre les lignes, Neymar a montré qu’il était indispensable pour le PSG en ce début de saison, encore plus dans ce schéma de jeu. La structure parisienne s’est effondrée sans son numéro 10. Aucun joueur ne pouvait remplir la fonction de la star auriverde lorsqu’il s’agissait de toucher le ballon dans les zones basses pour le faire remonter. Lionel Messi a également beaucoup souffert de l’absence de son partenaire.

Perdants :

Jean Bernat

La soirée a été très compliquée pour l’Asturien, une nouvelle fois installé. Régulièrement mis en difficulté par Juan Cuadrado tout au long de la rencontre, l’équipe parisienne a également commis une faute sur la Juventus, prise derrière eux. L’entrée réussie de Nuno Mendes ternit son palmarès du match et tout semble indiquer qu’il retrouvera bientôt une place sur le banc tant les écarts s’expriment avec son jeune concurrent.

la fenêtre

Face à une ligne de cinq très dense dans l’entrejeu, tout l’entourage parisien était en grande difficulté. Vitinha n’y a pas échappé et le Portugais peine à avoir le même impact positif sur le jeu de son équipe qu’il a eu en début de saison. Depuis le changement de système, le joueur formé au FC Porto semble plus chercher son rôle dans ce milieu diamantaire. Contrairement à un Fabián Ruiz qui s’épanouit dans ce nouveau schéma, le joueur de 22 ans est plutôt dans le camp des perdants depuis l’intronisation des nouvelles idées de Christophe Galtier.

Carlos Soler

Les solutions existaient pour remplacer Neymar. Enfin, Carlos Soler a été choisi pour remplacer le Brésilien, sanctionné pour l’occasion. Dans une bonne dynamique lorsqu’il a trouvé le chemin des filets à deux reprises la semaine dernière, l’Espagnol est rapidement descendu de son petit nuage et la marge de travail lui paraît encore considérable. Au cœur du jeu, l’ancien de Valence n’a tout simplement jamais existé. Une épreuve à vite oublier.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*