Ces Français qui changent de couettes pour passer l’hiver à 19 degrés

Les ventes de couettes ont augmenté à l'approche d'un hiver plus « sobre » en France.
Antonio Guillem/Getty Images/iStockphoto Les ventes de couettes ont augmenté à l’approche d’un hiver plus « sobre » en France.

Antonio Guillem/Getty Images/iStockphoto

Les ventes de couettes ont augmenté à l’approche d’un hiver plus « sobre » en France.

ÉNERGIE – “Le plus efficace est de baisser un peu la climatisation (…) et d’essayer d’établir une référence de chauffage autour de 19°C dans la pièce. Si nous faisons ce petit effort collectif, alors le pays pourra atteindre ses objectifs de sobriété assez spontanément. » C’est l’appel lancé Emmanuel Macronle 5 septembre, pour présenter les grandes lignes du “plan de sobriété” du gouvernement Compte tenu du risque de pénurie et de l’augmentation des prix de l’énergie.

Si cette crise pèse lourdement sur les Français, ménages et entreprises, la stratégie des petits gestes fait quelques gagnants. Dans ce magasin du centre-ville de Nancy par exemple, les ventes de sous-vêtements thermiques ont explosé début octobre. L’endroit “Sachet d’eau chaude sucrée”contacté par les échosil a également vu ses commandes tripler en septembre.

et être plus “enveloppes”Alors quoi l’automne Si vous optez sérieusement pour l’hexagone, certains français misent sur un autre produit : la couette.

Une “attente”

Depuis début septembre, les ventes de couettes ont doublé chez Dodo et Drouault, deux marques de literie appartenant au même groupe français. Demandes de couettes “chaudes” et “très chaudes” triplé, voire quintuplé dans les premières semaines de septembre, tandis que le ” sobriété C’était l’actualité en première page.

« Cette industrie est très dépendante de la météo : quand il fait froid, il y a toujours plus de demande. Mais nous sommes ici dans un cas un peu particulier, car les températures sont au-dessus des normales pour la saison »analyse Jonathan Hannaux, directeur adjoint du groupe Dodo, interrogé par Le HuffPost.

“La baisse des températures dans les appartements et les maisons était anticipée, ce qui a motivé les Français à acheter des couettes et des couvertures”, il continue. Même du côté des marchés publics du groupe, comme hôpitauxles maisons de repos ou les prisons, qui ont également augmenté leurs commandes.

“Il y a vraiment une remise en cause du consommateur”

D’autres marques font le même constat. C’est le cas de l’usine Castex qui fabrique des couettes haut de gamme en plumes naturelles. En septembre, que les températures baissentle nombre de commandes a augmenté de 17% par rapport à 2021. Alors que la tendance s’est ralentie fin octobre, après un mois exceptionnellement chaudcontinué à progresser légèrement.

“Il y a vraiment un questionnement du consommateur sur la question de la sobriété énergétique”explique Béatrice Nalpas-Cala, directrice des opérations chez Castex, contactée par Le HuffPost. Le service client de la marque a remarqué “beaucoup d’appels liés au chauffage, à la chaleur des couettes, à la spécificité du duvet très isolant, thermorégulé et respirant”, elle dit. Le groupe Dodo a également constaté une augmentation de la fréquentation des pages contenant des conseils pour choisir sa couette sur son site internet.

Chez Abeil, marque de literie basée à Aurillac, dans le Cantal, nous avons constaté une “demande accrue de couettes d’hiver chaudes”, notamment de la grande distribution (l’enseigne fournit Carrefour, Conforama, Casino et Leclerc, entre autres), selon Mélanie Prat Guillem, directrice commerciale et marketing. La tendance de l’année dernière était plutôt à la couette trempée, c’est-à-dire avec un rembourrage plus léger.

Les marques, bien sûr, ont cette préoccupation.

Certaines enseignes n’ont pas tardé à réagir à cette demande, alors que le gouvernement a évoqué cet été la question de la sobriété énergétique. “Pour résoudre ce problème de dormir au chaud avec un thermostat qui ne dépasse pas 19°C ou moins selon vos réglages, la couette en duvet naturel est LA solution”revendique l’usine Castex sur son site internet.

Cette année, Abeil a même lancé une nouvelle gamme de couettes destinées aux chambres dont la température est inférieure à 18/19°C. Dodo a également développé le sien, appelé ” économie d’énergie “fabriqué dans l’usine de Saint-Avold en Moselle, “en écho à l’inflation énergétique et aux annonces gouvernementales”. “Nous avons de nombreux stocks de composants, ce qui nous permet de réagir très rapidement”accueille Jonathan Hannaux.

Tous les portefeuilles semblent, en tout cas, concernés par ce souci. Le label Abeil, pour sa part, alerte sur une ” s’inquiéter “ sur le prix du produit. « Par rapport à la hausse du prix des matières premières et à toutes les hausses que connaissent les Français, les gens se recentrent sur le premier prix », précise Mélanie Prat Guillem. Chez Castex, qui fabrique des produits haut de gamme, le panier moyen de l’acheteur ” a augmenté “ce que c’est “en partie lié à un ajustement des prix de vente à la rentrée, mais aussi à un transfert des achats vers des couettes plus chaudes et donc plus chères”.

Un achat “D’autant plus facile que les gens se disent qu’ils investissent pour 5, 6 ou 7 ans”Jonathan Hannaux y croit. De quoi se préparer à de futurs hivers plus sobres, tout en l’Agence internationale de l’énergie met déjà en garde sur le risque de pénurie gaz en 2023-2024.

Voir aussi dans Le HuffPost :

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*