ce qu’il faut savoir sur le qatar

Quelle est la suite après cette annonce ?

Le stage qualificatif et le groupe :

Désigné pays hôte de la Coupe du monde 2022 le 2 décembre 2010 malgré la concurrence de l’Australie, du Japon, de la Corée du Sud et surtout des États-Unis, le Qatar est devenu le troisième pays asiatique après la Corée du Sud et le Japon à organiser une Coupe du monde. Une première qualification pour sa condition d’hôte du petit État du golfe arabo-persique qui a joué à maintes reprises un rôle secondaire à l’échelle continentale. Le Qatar a participé aux éliminatoires de la zone Asie, puisque ce dernier s’est également qualifié pour la Coupe d’Asie qui se tiendra en Chine en juin 2023. D’abord contre Oman, l’Inde, l’Afghanistan et le Bangladesh, le Qatar verra également cette compétition. Ne disputant pas le prochain tour de qualification car déjà qualifié, le Qatar a disputé des matches amicaux contre le Portugal, la Serbie, l’Irlande, le Luxembourg et l’Azerbaïdjan. Pour son tournoi à domicile, le Qatar est tombé dans un groupe assez équilibré et défiera l’Equateur (20 novembre), puis le Sénégal (25 novembre) et enfin les Pays-Bas (29 novembre).

Les forces et les faiblesses

Désireux de briller pour sa première participation, le Qatar a mis les moyens pour constituer une équipe compétitive. Se concentrant fortement sur l’entraînement, les Maroons se sont appuyés sur l’Aspire Academy et des entraîneurs étrangers comme l’entraîneur Félix Sánchez Bas pour progresser au niveau local pendant une décennie. Cela a fait sortir le duo vedette d’Akram Afif et Almoez Ali. Les deux hommes qui sont, respectivement, le meilleur passeur et le meilleur buteur de la Coupe d’Asie 2019 remportée par le Qatar, seront décisifs dans les chances de succès du pays du Golfe en Coupe du monde. A cela s’ajoute une forte identité de jeu imposée par le coach depuis plusieurs années avec une forte possession et une certaine exigence technique.

Avec un système 3-5-2/5-3-2 qui ne change jamais, le Qatar a de forts automatismes et ses récents résultats dans les compétitions récentes témoignent d’une montée en puissance. En 2019, le pays a remporté la Coupe d’Asie. Il a également montré de grandes choses cette même année dans la Copa América malgré son élimination en phase de groupes. En 2021, le Qatar a terminé demi-finaliste de la Gold Cup et troisième de la Coupe arabe. Des résultats intéressants même si la dynamique s’est effondrée lors des derniers matches amicaux. Parmi les doutes que soulève le Qatar figure son vrai niveau, puisque nous avons une équipe qui peine encore à avoir de vraies références face aux grands et qui a surtout brillé face à des nations qui ne seront pas en Coupe du monde. A cela s’ajoutent des doutes défensifs. Le Qatar reste notamment sur 7 buts encaissés lors des 3 derniers matches.

Entraîneur : Félix Sanchez Bas

A la tête de l’équipe qatarienne depuis juillet 2017, Félix Sánchez Bas est l’artisan du projet lancé par le Qatar il y a quelques années. Entraîneur des différentes catégories de jeunes de l’équipe nationale entre 2013 et 2017, il a accompagné cette génération qatarie au fil des années. Il a même eu un rôle à l’Aspire Academy entre 2006 et 2013, un centre de développement sportif qatari lancé en 2004 par le pays du Golfe. Ayant fait partie des équipes de jeunes du FC Barcelone entre 1996 et 2006, le joueur de 46 ans a apporté de solides principes d’entraîneur catalan pour aider le Qatar à progresser. Misant sur une identité collective forte et habile dans la possession de balle, le Qatar, qui abandonne rarement son 3-5-2, mise sur la continuité avec Félix Sánchez Bas.

La vedette : Akram Afif

Aujourd’hui âgé de 25 ans, Akram Afif est plus que jamais attendu pour cette Coupe du monde sur le sol qatari. Latéral gauche avec un rôle de maître à jouer dans une équipe où il évolue à un poste plus axial, il a inscrit pas moins de 24 buts et 35 offres en 84 sélections. Homme fort de la Coupe d’Asie remportée en 2019, il avait saupoudré le tournoi de son talent avec pas moins de 10 offres, principalement pour le meilleur buteur Almoez Ali. En finale contre le Japon (3-1), c’est lui qui a marqué le dernier but qui a définitivement fait basculer son pays. Un statut élevé pour un joueur qui a passé du temps en Espagne aux côtés des équipes jeunes de Séville et de Villarreal, puis de l’équipe première de Gijón avant d’aller à Eupen en Belgique. Depuis juillet 2020, il porte le maillot Al-Sadd.

L’attraction : Karim Boudiaf

Cocorico, joueur né en France, fait partie de l’équipe nationale du Qatar. Né à Rueil-Malmaison et âgé de 32 ans, Karim Boudiaf est l’un des piliers du Qatar. Jouant 108 matchs avec les Marrons depuis 2014 (5 buts), ce milieu défensif capable de jouer en défense centrale s’est formé à Lorient et à l’AS Nancy-Lorraine avant de partir à Lekhwiya à l’été 2010. La formation qatarie devient désormais Al-Duhail SC, Karim Boudiaf, qui est franco-algérien, a pris la nationalité qatarie et construit un palmarès XXL en club avec 6 titres de champion du Qatar, mais aussi en équipe nationale avec la Coupe d’Asie remportée en 2019.

La liste provisoire des 30 joueurs :

  • Gardiens : Saad Al Sheeb (Al-Sadd), Meshaal Barsham (Al-Sadd), Youssef Hassan (Al-Gharafa) et Salah Zakaria (Al-Duhail)

  • Défenseurs : Abdelkarim Hassan (Al-Sadd), Boualem Khoukhi (Al-Sadd), Ró-Ró (Al-Sadd), Tarek Salman (Al-Sadd), Musab Kheder (Al-Sadd), Bassam Al-Rawi (Al-Duhail) , Homam Ahmed (Al-Gharafa), Mohammed Emad (Al-Wakrah) et Jassem Gaber (Al-Arabi)

  • Environnements: Karim Boudiaf (Al-Duhail), Abdulaziz Hatem (Al-Rayyan), Ali Assadalla (Al-Sadd), Mohammed Waad (Al-Sadd), Abdelrahman Mustafa (Al-Duhail), Oussama Al-Tairi (Al-Rayyan), Ahmed Fadhel (Al-Wakrah) et Mostafa Tarek (Al-Sadd)

  • Vers l’avant: Hassan Al-Haydos (Al-Sadd), Akram Afif (Al-Sadd), Almoez Ali (Al-Duhail), Ismaeel Mohammad (Al-Duhail), Mohammed Muntari (Al-Duhail), Ahmed Alaaeldin (Al-Gharafa), Yusuf Abdurisag (Al-Sadd), Khalid Muneer (Al-Wakrah) et Naif Al-Hadhrami (Al-Rayyan)

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*