ce qu’il faut savoir sur la suisse

Que se passe-t-il après cette annonce ?

Le stage qualificatif et le groupe.

La Suisse a ce qu’il faut pour secouer ses adversaires. Premier du groupe C au classement devant l’Italie, l’Irlande du Nord, la Bulgarie et la Lituanie, Nati a terminé avec un excellent bilan : 5 victoires et 3 nuls en 8 matchs avec 18 points au compteur. Mais surtout, si les Helvètes n’ont pas forcément fait exploser les compteurs en termes de buts marqués, ils ont montré un visage extrêmement solide (2 buts encaissés, co-meilleure défense des playoffs avec… Squadra Azzurra. Deux points d’avance sur La Nazionale, les Suisses, qui ont renversé la France à l’Euro 2020 avant de s’incliner aux tirs au but face à l’Espagne en quart de finale, ont confirmé qu’ils pouvaient vraiment jouer les rabat-joie contre les grandes nations. Le Brésil, présent avec le Cameroun et la Serbie dans le groupe G de la Coupe du monde 2022est prévenu.

Type Le XI (4-2-3-1)

Sommer – Widmer, Akanji, Elvedi, Rodríguez – Freuler, Xhaka – Shaqiri, Sow, Vargas – Embolo

Les forces et les faiblesses

Depuis plusieurs années, la Suisse s’est révélée être un adversaire très coriace, toujours difficile à manœuvrer. L’équipe de France en avait fait les frais à l’Euro 2020, en huitièmes de finale. Le milieu de terrain de Nati, composé de joueurs expérimentés, durs sur l’homme et avec une excellente maniabilité du ballon, est l’une des forces de cette nation. Dotée d’un socle défensif intéressant, de solides contreurs et de gardiens de qualité, l’équipe emmenée par Granit Xhaka, Xherdan Shaqiri ou encore Breel Embolo n’a perdu que deux matches par trois buts ou plus depuis la Coupe du monde 2018.

Plus dangereux en laissant le cuir à l’équipe adverse pour mieux exploiter en contre et faire parler ses qualités en transition (comme lors de la victoire 2-1 en Espagne, le 24 juin en Ligue des Nations), la Suisse peut aussi faire le jeu. si nécessaire, en fonction de l’adversaire. Mais dans l’animation d’attaque et l’utilisation du ballon dans la zone de danger, les Helvètes ont encore fort à faire, puisqu’ils sont très dépendants de l’ex-Lyonnais Xherdan Shaqiri à ce niveau. Rares sont les moments où la Suisse a brisé mentalement et sa capacité à ne pas s’emballer donnera sans doute du fil à retordre au Brésil, à la Serbie et au Cameroun.

Entraîneur : Murat Yakin

Murat Yakin a de quoi être fier au vu du chemin parcouru par Nati depuis qu’il a pris les rênes de l’équipe nationale en août 2021. L’entraîneur de 48 ans, passé par le banc du Spartak Moscou ou du FC Bâle , affiche un bilan honorable à la tête de la Suisse : 7 victoires, 4 nuls et 4 défaites en 15 matchs menés. Qui a utilisé 36 joueurs différents en un peu plus d’un an a réussi à trouver sa colonne vertébrale et à installer un vrai type XI. Les Helvètes se caractérisent notamment par leur combativité et leur état d’esprit irréprochable. Murat Yakin aura l’occasion d’éclairer un peu plus son travail pour sa première grande compétition à la tête d’une nation, ayant déjà raté de peu les quarts de finale de la Ligue des Nations et terminé devant l’Italie pour aller au Qatar. .

La vedette : Granit Xhaka

Capitaine suisse, Granit Xhaka s’est métamorphosé ces derniers mois avec Mikel Arteta à Arsenal. Nati profite de la réactivation de son milieu de terrain, qui a toujours fait partie de la direction de l’équipe. Élément essentiel dans la conservation, la transmission et l’utilisation du ballon, le numéro 34 des Gunners est le cœur de cette équipe. Son expérience se fait sentir au milieu de terrain, tout comme son impact. Plus influent que jamais en attaque, le joueur né au Kosovo a pris une toute nouvelle dimension dans le meilleur des cas. Sa capacité à emporter le Suisse au Qatar sera scrutée à la loupe.

L’attraction : Xherdan Shaqiri

Les fans du championnat de France n’auront pas pu profiter longtemps de son talent. Généralement décevant durant ses 6 mois en freelance à l’OL, Xherdan Shaqiri évolue désormais en MLS pour le Chicago Fire. Loin de l’Europe, Shaqiri s’amuse et garde la forme. L’ex-pompier de Liverpool aux mollets affinés est toujours un véritable poison pour les défenses adverses, notamment en raison de sa petite taille et de ses petits appuis. Sa qualité technique et sa vision du jeu feront de lui un atout majeur pour la Nati au Qatar. Celui qui s’apprête à disputer sa quatrième Coupe du monde (après 2010, 2014 et 2018) sera scruté de près, ainsi que sa capacité à être constant tout au long de la compétition, le robuste Shaqiri faisant partie des cadres de l’équipe nationale suisse.

La liste des 26 :

  • Gardiens : Yann Sommer (Borussia Mönchengladbach), Gregor Kobel (Borussia Dortmund), Philipp Köhn (Salzbourg), Jonas Omlin (Montpellier)

  • Défenseurs : Fabian Schär (Newcastle), Manuel Akanji (Manchester City), Eray Komert (Valence CF), Nico Elvedi (Borussia Munich), Edimilson Fernandes (Mayence), Ricardo Rodriguez (Turin) et Silvan Widmer (Mayence).

  • environnements : Granit Xhaka (Arsenal), Denis Zakaria (Chelsea), Remo Freuler (Nottingham Forest), Michel Aebischer (Bologne), Christian Fassnacht (Young Boys), Fabian Frei (FC Bâle), Ardon Jashari (Lucerne), Fabian Rieder (Young Boys ) ) ), Djibril Sow (Francfort)

  • Vers l’avant: Breel Embolo (Monaco), Noah Okafor (Salzbourg), Haris Seferovic (Galatasaray), Xherdan Shaqiri (Chicago), Renato Steffen (Lugano), Ruben Vargas (Augsbourg)

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*