avis et vrais chiffres sur le moteur de base

Si la rupture avec le Kadjar ne semble pas complètement consommée côté carrosserie, la nouvelle Renault Austral coupe définitivement les ponts avec sa devancière dès l’ouverture de la portière. On se retrouve ainsi avec l’étonnant tableau de bord inauguré par la Mégane électrique. Peut accueillir deux grands écrans, un de 12,3 pouces pour les compteurs et un portrait de 12 pouces pour l’infodivertissement (9 pouces seulement pour la finition de base Equilibre) de belle définition, l’ensemble devrait faire son petit effet à l’instar du i-Cockpit du rival Peugeot 3008. En termes de qualité perçue, les plus exigeants remarqueront également le contraste entre les plastiques souples et tissus dans le haut, et plus de matériaux de base ci-dessous.

L'intérieur de la nouvelle Renault Austral.
L’intérieur de la nouvelle Renault Austral.© Alex Krassovski

Fonctionnant comme la plupart des smartphones Android, le panneau multimédia est facile à utiliser avec vos doigts et votre voix, avec une commande vocale puissante pour garder vos yeux sur la route. Ajoutez à cela de vrais boutons pour la climatisation et cette Renault Austral flirte avec les félicitations du jury côté ergonomie.Sauf un reproche : il y a trop de boutons sur le volant. Reste que cette Renault Austral est agréable à vivre en plus d’avoir un vrai esprit pratique. Les rangements sont nombreux (porte-gobelets, coffre entre les sièges avant, chargeur à induction dans le bas de la console, bacs de porte, etc.) et, point important pour les familles, l’espace.

Grâce à ses 4,51 m (4,45 m pour sa devancière comme pour la 3008), la Renault Austral offre un espace arrière plus que suffisant pour les grands ados ou adultes, tandis que le coffre est capable d’avaler 320 dm3 de bagages malgré la présence de une roue de secours en option. Un volume que l’on peut augmenter, si besoin, jusqu’à 400 dm3 en avançant son assise coulissante de 1/3-2/3 de 16 cm, un équipement pratique et pas si courant dans la catégorie mais malheureusement, il n’est pas disponible dans la finition de base. Pour se mettre une famille dans la poche, la Renault Austral aurait pu compter sur des suspensions qui garantiraient encore plus de douceur car les grosses roues (pourquoi diable mettre du 19 pouces de la finition Techno deuxième niveau ?) supportent les trac en ville ou sur la route. la route cahoteuse.

A voir aussi : 30 photos de l’Austral en finition Techno milieu de gamme

Pas si confortable mais très confortable.

La Renault Austral pourrait proposer un confort plus moelleux.
La Renault Austral pourrait proposer un confort plus moelleux.© Alex Krassovski

De toute façon, cette Renault Austral garantit de longues étapes sans fatigue grâce à des bruits de roulement et mécaniques bien maîtrisés. Un niveau sonore très faible –68 dBA à 130 km/h– également dû à un sixième rapport très long – seulement 2 000 tr/min à 100 km/h– qui ne cesse de jouer par moments. Car si le tout nouveau 3 cylindres 1.2 du français annonce 130 ch et 230 Nm de couple disponibles de 1 750 à 3 500 tr/min, des chiffres très corrects pour sa cylindrée, à l’usage il avoue une relative paresse en dessous de 2 000 tr/min, obligeant la pédale d’embrayage pour être finement dosée en ville, ainsi qu’un petit temps de réponse du turbo, bien qu’à géométrie variable. Et ce, malgré une microhybridation -un alterno-démarreur 48V ultrarapide et silencieux pour la fonction Stop & Start- qui la renforce à bas régime. Sur route, n’hésitez pas à utiliser la commande de boîte de vitesses, bien guidée, mais avec des blocages un peu fermes, pour rétrograder un peuvoire deux, pour dépasser fortement dans le réseau secondaire (80 à 120 km/h en 8,8 s et 12,3 s respectivement en 4e et 5e contre 19,3 s en 6e).

Un trait de caractère que ce moteur doit également au fait qu’il est optimisé pour la “basse consommation”, fonctionnant avec un cycle de combustion Miller (taux de compression très élevé et course de détente des gaz plus longue que la compression) destiné à favoriser la sobriété plutôt que les performances. Promesse tenue puisque, selon notre débitmètre, la Renault Austral est raisonnable avec 7,3 l/100 km d’essence sans plomb en moyenne, et pas plus de 7,6 l/100 km sur autorouteune bonne centaine de litres de moins qu’un 3008 1.2 PureTech de même puissance.

La consommation réelle de la Renault Austral 130 CV microhybride

  • Consoville : 7,4 l/100 km
  • Consommation sur autoroute : 7,1 l/100 km
  • Consommation sur autoroute : 7,6 l/100 km
  • Consommation moyenne : 7,3 l/100 km

Sur la route, la distance se rétrécit avec le Peugeot 3008

La Renault Austral de 130 ch lance un nouveau microhybride 3 cylindres 1.2 turbo.
La Renault Austral de 130 ch lance un nouveau microhybride 3 cylindres 1.2 turbo.© Alex Krassovski

Un bon résultat, d’autant que le SUV Diamond n’est pas particulièrement léger avec ses 1 537 kg enregistrés à notre échelle. Dès lors, on peut dire que, hormis quelques à-coups en ville au moment de relâcher l’accélérateur, notamment lorsque le freinage récupératif est activé pour recharger la batterie lithium-ion, ce nouveau 1.2 est au niveau attendu. Pareil côté châssis car si, bien sûr, on ne retrouve pas l’efficacité et l’agilité du châssis à quatre roues directrices de la version hybride 200 ch testée le mois dernier (option à 1 800 € quand même…), une direction plus directe qu’un Kadjar, associée à un volant plus petit et un train avant plus affûté, plaira à ceux qui aiment conduire et s’amuser si la route est sinueuse.

Dans ce cas, nous vous conseillons, pour une meilleure sensation du niveau d’adhérence, de régler l’effort de direction sur “élevé” dans le mode Perso de la fonction “My Sense”. Avec son petit volant, une Peugeot 3008 est encore plus belle, mais l’écart a été sérieusement réduit. Un bon travail que la Renault Austral ne lâche pas, mais sans se prendre la grosse tête puisque ce 1.2 de 130 ch démarre, bien équipé, à 33 400 €, juste en dessous des tarifs sochaliens… avant remise.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*