5 jeux d’horreur terrifiants inspirés d’événements réels pour Halloween

nouvelles du jeu 5 jeux d’horreur terrifiants inspirés d’événements réels pour Halloween

Qui dit Halloween, dit jeux d’horreur. Mais qu’est-ce qu’un jeu d’horreur ? Pure fiction destinée à effrayer Resident Evil ou Silent Hill ? Eh bien pas toujours ! Voici cinq jeux d’horreur inspirés d’histoires vraies qui vont vraiment vous faire vibrer.

Kholat et l’affaire Dyatlov Pass

C’est en 2015 qu’il sort kholatun jeu d’horreur avec une promesse très spéciale : secouer les joueurs en leur proposant de revivre l’enfer de l’affaire Dyatlov Pass. Mais quel est ce terrible événement ? Pour le savoir, remontons à l’année 1959. Cette année-là, un petit groupe de skieurs/randonneurs décident de traverser le nord de l’Oural (Russie), jusqu’au mont Otorten. Oui, mais maintenant, son voyage arrivera à une conclusion très désastreuse. Dans la nuit du 1er au 2 février, neuf des compagnons sont morts dans des circonstances mystérieuses. Certains sont nus, l’un d’eux a perdu sa langue et ses yeux et sa tente a été détruite de l’intérieur. Si la première enquête se conclut par une simple mort par hypothermie, il devient vite évident qu’autre chose se cache derrière cet étrange événement. Attaque d’animaux sauvages ? Expérience militaire secrète ? Forces surnaturelles ou extraterrestres ? Les théories les plus terrifiantes sont élaborées. Mais il faudra attendre 2019 pour clore définitivement cette affaire causée, selon ce dernier, par une simple avalanche…


Outlast 2 et le massacre de Jonestown

Les créateurs de la série d’horreur Outlast se font un plaisir de déterrer les événements les plus sordides pour créer l’histoire de leur jeu. Survivre La première partie du nom a été inspirée par le projet MK-Ultra, une mission de la CIA des années 1950 aux années 1970 visant à mener des expériences sur des personnes non consentantes (torture, thérapie par électrochocs, privation sensorielle…). Mais avec survivre 2les développeurs ont plongé un peu plus dans le sordide pour la fouille du côté du Temple du Peuple et son désastreux dénouement en novembre 1978. Commençons par le début ! Le Peoples Temple était un culte fondé en 1955 par le révérend Jim Jones et comptait environ 1 000 adeptes à son apogée. Mais qui dit secte, dit abus et ceux du Temple du Peuple sont particulièrement nombreux. Isolement, abus sexuels, châtiments corporels… Certains fidèles commencent à fuir et alertent la presse. Jim Jones a ensuite quitté les États-Unis pour la Guyane, où il a fondé la colonie de Jonestown. C’est là que le 18 novembre 1978, il poussera ses 914 followers au suicide collectif…


The Hat Man: Shadow Ward et Canton Native Asylum

moins connu, L’homme au chapeau : Shadow Ward Il n’a pas vraiment eu de retour très positif. Et c’est dommage car le principe de base était assez intéressant. A partir de témoignages d’anciens “patients”, les développeurs du jeu ont voulu retranscrire l’ambiance morbide et les atrocités de l’asile d’aliénés de Canton. C’est en 1898 que le Congrès américain valide le projet de cet établissement qui devait héberger des Amérindiens souffrant de troubles mentaux. En 1903, le Hiawatha Insane Asylum ouvre ainsi ses portes et accueille, au total, plus de 350 malades. Mais il y a un problème : la plupart d’entre eux ne sont même pas malades. En effet, certains y sont enfermés parce qu’ils s’opposent au gouvernement ou refusent de renoncer à leurs traditions et cultures. Ajoutez à cela les conditions de détention les plus déplorables et vous avez un endroit macabre où au moins 121 pauvres innocents perdent la vie. L’auteur américain Kent Nerburn a remarquablement partagé des témoignages sur ce lieu dans son livre La fille qui chantait au bison.


Le diable en moi et le château du meurtre de Holmes

L’anthologie Dark Pictures aura bientôt un nouveau travail (dont vous pouvez trouver l’aperçu sur le site) : The Dark Pictures : Le diable en moi. Et ce dernier a la particularité d’être entièrement basé sur une histoire vraie, ou plutôt un tueur en série qui a vraiment existé : Holmes. Non, ce n’est pas Sherlock Holmes mais Herman Webster Mudgett Holmes. Il est considéré par beaucoup comme le premier tueur en série. Il sévissait dans les années 1890, bien avant que le terme de tueur en série ne soit utilisé pour la première fois. Son mode opératoire ? Enfermer des jeunes femmes (pour la plupart) dans son Château des Meurtres, présenté comme un hôtel, et les “embrumer” un peu avant de les tuer. Torture, mort par étouffement, caméras piégées… Si vous avez vu Chaîne de montagnes ou la saison 5 dehistoire d’horreur américaine, sachez que Holmes est celui qui a tout inventé sur ce terrain. Dans son château labyrinthique, il avouera avoir tué 27 personnes. Mais selon les estimations, ses victimes seraient plus de 200…


Le Peuple de Lumière et l’asile de Volterra

Les asiles sont un terrain fertile pour d’horribles aventures, et il y a une raison à cela. De Byberry à Bedlam, de nombreux établissements de santé mentale ont été le théâtre de traitements ou d’expériences flagrants, souvent accompagnés de conditions de vie inhumaines. Dès lors, il n’est pas étonnant de retrouver dans cette sélection un autre jeu inspiré d’un véritable asile. Et cette fois, c’est du côté italien que ça se passe. La ville lumière en fait, il nous plonge dans le terrible hôpital psychiatrique de Volterra. L’occasion de découvrir l’enfer du pavillon Ferri dans lequel 200 patients devaient se partager deux pauvres toilettes. Et s’il n’y avait que ça… Les traitements par électrochocs mais aussi l’induction de comas avec des injections d’insuline étaient monnaie courante à cette époque. Les atrocités de l’asile de Volterra, on les connaît notamment grâce au récit de Fernando Oreste Nannetti qui, pendant près de quinze ans, a enregistré la séquence de ses journées sur 70 mètres de mur.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*